UPAC à Laval: comparution de 36 suspects, dont l’ex-maire Vaillancourt

LAVAL, Qc – L’ex-maire de Laval, Gilles Vaillancourt, l’entrepreneur Tony Accurso et 34 coaccusés ne subiront leur enquête préliminaire que dans un an, en avril 2015, soit près de deux ans après leur arrestation en mai 2013.

Les nombreux avocats au dossier n’ont pu dégager de date commune plus hâtive, au grand dam de la Couronne et du juge François Landry, qui souhaitait une ouverture des procédures plus rapidement, possiblement en janvier 2015.

La décision laisse croire que le procès pourrait ne pas avoir lieu avant 2016.

Huit semaines ont été prévues pour l’enquête préliminaire.

Les 36 accusés avaient été convoqués au palais de justice de Laval, mercredi, pour fixer la date de l’enquête préliminaire, mais deux d’entre eux avaient obtenu la permission de ne pas se présenter. Gilles Vaillancourt et Tony Accurso étaient sur place.

Un 37e accusé est décédé depuis la tenue de l’opération Honoré de l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Les avocats seront tout de même de retour devant le tribunal à la fin du mois de mai pour la tenue d’une conférence de gestion.

Avec M. Vaillancourt, l’ex-directeur général de la Ville de Laval, Claude Deguise, et l’ex-directeur de l’ingénierie municipale, Claude Asselin, font face à des accusations de gangstérisme en plus des multiples chefs de complot, fraude et corruption, notamment, qui visent l’ensemble des suspects.

Gilles Vaillancourt a démissionné de son poste de maire le 9 novembre 2012 à l’issue d’un règne incontesté à Laval pendant 23 ans.