Voie de contournement: Québec assure que la décision n’est pas encore prise

GATINEAU, Qc – Le premier ministre Philippe Couillard assure que Québec continuera d’épauler Lac-Mégantic, mais il refuse de s’engager à construire une voie de contournement pour le chemin de fer.

Jeudi, la mairesse Colette Roy Laroche s’en est prise au ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau. La veille, celui-ci disait qu’il ne pouvait construire cette voie pour Lac-Mégantic et ne pas le faire pour les 500 autres municipalités où traversent des trains. Il parlait alors d’équité, brandissait la menace d’une facture gigantesque.

La mairesse lui a servi une autre définition d’équité.

«Est-ce que le gouvernement du Québec peut nommer une autre ville où un accident ferroviaire a tué 47 personnes et détruit son centre-ville historique? Je réclame l’équité: que notre chemin de fer soit aussi sécuritaire que celui des autres», tonnait la dame, jeudi après-midi.

Dans l’accident spectaculaire de juillet dernier, on a mis en cause, entre autres, la forte pente entre Nantes et Lac-Mégantic.

Vendredi matin, MM. Couillard et Moreau assistaient à la réunion de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) où se trouvait également la mairesse de Lac-Mégantic. Celle-ci recevait d’ailleurs un prix de la part de l’UMQ.

«Le gouvernement du Québec va continuer d’épauler la communauté de Lac-Mégantic. (…) On va s’assurer que les problèmes se règlent, que les dossiers avancent», a promis M. Couillard en félicitant publiquement la mairesse pour son prix.

Plus tard, en point de presse, le premier ministre et son ministre ont dit qu’aucune décision n’a encore été prise pour une éventuelle voie de contournement.

«On va payer pour beaucoup de choses, s’est défendu M. Couillard. On veut avant tout nous satisfaire que la sécurité des citoyens est assurée (…). Laissons les gens faire leur travail et étudier les diverses hypothèses.»

Le ministre Moreau a à nouveau soulevé la question d’équité pour les autres municipalités, tout en promettant que «rien ne sera épargné» pour assurer la sécurité de Lac-Mégantic.

«La voie de contournement (…) même si elle n’est pas confirmée, n’est pas écartée. On verra quelles sont les mesures nécessaires pour nous assurer que le transport ferroviaire se fasse de façon sécuritaire», a promis le ministre.

La mairesse, de son côté, a tenu à souligner, en recevant les félicitations pour son prix, qu’elle portait du vert «parce que je voulais vous dire que nous gardons espoir».

Cet espoir, Mme Roy Laroche ne peut pas le reposer sur la compagnie qui prend le contrôle des activités de l’ancienne Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA).

John Giles, président et chef de la direction des Chemins de fer du Centre du Maine et du Québec Canada (CMQ), prévoit investir environ 10 millions $ pour la mise à niveau du tronçon ferroviaire entre le Maine et le Québec.

Ce montant serait largement insuffisant à la construction d’une voie de contournement pour Lac-Mégantic. Les coûts de mise en place d’une telle infrastructure vont de 50 à 175 millions $, selon les estimations.

«Il est certain que l’entreprise n’aura jamais les moyens financiers de payer pour la voie de contournement si elle n’a pas d’autres partenaires», a résumé Daniel Matte, de la firme de relations publiques qui représente M. Giles.