La femelle panda du Zoo de Toronto est enceinte de deux bébés

TORONTO – La tension est à son comble au Zoo de Toronto alors que ses employés attendent impatiemment l’accouchement — qu’ils souhaitent réussi — du panda géant femelle qui devrait donner naissance à deux petits dans les prochaines semaines.

Er Shun, l’un des deux pandas prêtés par la Chine au jardin zoologique torontois, a subi deux inséminations le 14 mai. Le sperme utilisé provenait de Da Mao, l’autre panda géant qui séjourne à Toronto, et de deux autres pandas qui vivent en Chine.

Vendredi dernier, lors d’une auscultation d’Er Shun par ultrasons, un vétérinaire du Zoo de Toronto a détecté un battement cardiaque. Un autre battement, celui d’un deuxième foetus, a été entendu quatre jours plus tard, mardi.

«Il y a tellement peu de pandas qu’à chaque fois qu’un (bébé) naît, les conséquences sont énormes», a expliqué Gabriela Mastromonaco, conservatrice des programmes de reproduction et de recherche du zoo.

Selon Chris Dutton, le chef des services vétérinaires, il ne reste environ que 1800 pandas à l’état sauvage dans le monde, et quelques centaines d’autres vivent en captivité.

Si tout se déroule bien, les bébés devraient naître à la mi-octobre. Mme Mastromonaco ne peut dire avec certitude s’il s’agit de jumeaux puisque le sperme provient de trois donneurs différents.

«Nous ne pouvons pas dire s’ils sont vraiment jumeaux tant qu’on ne sait pas à qui ils appartiennent», a-t-elle indiqué, précisant que ces tests ne pourront être effectués qu’à leur naissance.

Les employés du zoo avaient d’abord tenté l’insémination naturelle, mais les deux pandas ne semblaient pas s’entendre et présentaient des signes d’agressivité.

Ils ont donc anesthésié Da Mao et effectué une «électroéjaculation» pour recueillir du sperme frais. Ils l’ont ensuite mélangé avec du sperme congelé d’autres pandas de Chine.

Après avoir inséminé Er Shun sans anesthésie, comme c’est le cas pour les humains, il a fallu attendre.

Ils ont dû mener des échographies à intervalles réguliers — une procédure qui s’avère complexe en soi puisqu’ils ont dû apprendre au panda à se coucher calmement près de sa cage. Les pommes aident les pandas à relaxer, semble-t-il.

Ils ont finalement aperçu un embryon et entendu un battement cardiaque.

«C’était un moment incroyable, mais nous ne pouvions pas crier de joie, parce qu’on se peut pas faire ça à côté d’un panda», a expliqué M. Dutton.

Les employés demeurent «prudemment optimistes» en vue de la naissance des deux bébés. S’ils survivent, ils habiteront le zoo pendant les deux prochaines années avant d’être envoyés en Chine lorsqu’ils pourront être séparés de leur mère.

Er Shun et Da Mao sont arrivés à Toronto en 2013. Ils devraient déménager au Zoo de Calgary en 2018.

Laisser un commentaire