Québec devance 3 milliards $ d’investissements publics pour relancer l’économie

QUÉBEC — En dormance depuis deux mois, l’économie du Québec va pouvoir sortir de sa torpeur grâce à l’injection de près de 3 milliards $ d’investissements publics de plus que prévu durant l’année en cours.

Le Plan québécois des infrastructures (PQI) prévoyait en mars des investissements de 11 milliards $ cette année, pour la mise à niveau de diverses infrastructures: écoles, routes, transports en commun, etc.

L’impact majeur de la pandémie de COVID-19 sur l’économie au cours des derniers mois a amené le gouvernement à conclure qu’il devait ajouter dès maintenant 2,9 milliards $ supplémentaires à cette somme, afin de donner un coup de pouce à plusieurs secteurs névralgiques, au premier chef celui de la construction.

L’annonce du devancement de divers projets durant l’année financière 2020-2021 a été faite jeudi par le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, et le ministre des Finances, Éric Girard.

Le PQI de l’année en cours passe donc de 11 milliards $ à près de 14 milliards $.

Du total, on réservera 700 millions $ pour devancer la construction des Maisons des Aînés (2900 places) et l’achat de lits dans les hôpitaux.

L’éducation aura droit à 1,1 milliard $ de plus pour agrandir et rénover des écoles sur tout le territoire.

Montréal pourra lancer ses projets de transports collectifs, grâce à l’injection de 600 millions $ additionnels.

On ajoutera aussi 370 millions $ au réseau routier. Le détail sera connu plus tard.

«Méthode alternative»

Toujours dans le but d’accélérer les choses, le gouvernement promet des «mesures d’assouplissement» à la procédure d’octroi des contrats. Le ministre Dubé dit vouloir mettre en place une «méthode alternative» au processus d’appel d’offres.

Ce type d’accroc au principe du «plus bas soumissionnaire» est «permis dans la loi», a spécifié M. Dubé, qui n’exclut pas de modifier la loi, au besoin, pour rendre le processus plus efficace.

On veut notamment faciliter l’accès des PME aux contrats publics.

23 milliards $

De son côté, le ministre Girard a calculé que depuis le début de la crise sanitaire, en mars, le Québec avait déjà investi 23 milliards $, soit 5 % du PIB, de fonds publics en vue de soutenir l’économie vacillante, forcée au confinement prolongé.

«On a fermé 40 pour cent de l’économie pendant huit semaines», rappelle M. Girard, prédisant que le retour à l’équilibre budgétaire ne sera pas possible avant trois, voire cinq ans.

Avec un horizon quinquennal, le gouvernement croit qu’il pourra «éviter l’austérité» et éviter d’alourdir le fardeau fiscal des contibuables, et ce, malgré le lourd tribut de la pandémie sur les finances publiques, a précisé M. Girard.

Avant la pandémie, le Québec profitait pratiquement du plein emploi, à 4,5 %, alors que son taux de chômage actuel frôle les 18 %.

Le ministre Girard a dit espérer que les mesures annoncées par le gouvernement vont contribuer à ramener le taux de chômage à 8 % avant la fin de l’année et à 5 % avant la fin de 2021.