Québec dévoile un programme de 2,5 G $ pour aider les entreprises et l’économie

QUÉBEC — Le gouvernement du Québec a annoncé jeudi un plan de 2,5 milliards $ pour aider les entreprises de la province et pour soutenir l’économie, durement frappées par la COVID-19.

Le programme d’aide dévoilé par le premier ministre François Legault, le ministre des Finances, Eric Girard, et le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, vient compléter les mesures annoncées plus tôt cette semaine par le gouvernement fédéral.

En conférence de presse, M. Legault a reconnu d’emblée que les mesures contraignantes de santé publique mises en place par son gouvernement pour lutter contre le coronavirus ont eu un impact «négatif» sur l’économie.

«Il fallait choisir le moindre mal, a-t-il expliqué, en disant comprendre les entrepreneurs qui vivent de l’incertitude et de la souffrance. On a des secteurs où c’est carrément catastrophique: l’aéronautique, l’hôtellerie, les compagnies de services où il y a des baisses de revenus drastiques.

«Ce qui est important de se dire aujourd’hui, c’est que la crise qu’on vit est temporaire. À un moment donné, l’économie va repartir», a-t-il ajouté, se voulant rassurant.

Pour faire face à cette crise, le ministre Fitzgibbon a notamment évoqué des prêts et des garanties de prêts d’un minimum de 50 000 $ à des taux très avantageux pour soutenir le fonds de roulement des entreprises de tous les secteurs d’activités.

Le programme est déjà en place, a précisé le ministre Fitzgibbon, et Investissement Québec a déjà reçu plus de 600 demandes. Le montant initial de 2,5 milliards $ annoncé jeudi pourrait éventuellement devenir plus important si nécessaire, a ajouté M. Fitzgibbon.

Les demandes d’aides seront soumises à certains critères. Les entreprises devront notamment faire la démonstration d’un lien de cause à effet avec l’épidémie du coronavirus, en plus de démontrer une viabilité post-pandémie.

Les conditions des prêts déjà accordés seront également assouplies, a précisé le ministre. Les mesures de soutien seront incorporées aux programmes existants afin de favoriser une plus grande efficacité.

Acheter local

M. Legault a en outre encouragé les Québécois à favoriser tout particulièrement les achats locaux lors des prochaines semaines et des prochains mois.

«C’est plus important que jamais, a-t-il déclaré. Il faut être capable de venir encourager les entreprises québécoises. C’est primordial si on veut se donner des chances que le maximum de nos entreprises passent au travers.»

Or, son gouvernement ne pourra pas sauver toutes les entreprises, a-t-il prévenu. «On va essayer de faire le maximum qu’on est capable de faire avec des marges de manoeuvre qui, heureusement, sont importantes.»

«Ce n’est pas l’apocalypse»

Le gouvernement sera là entre autres pour soutenir le Cirque du Soleil, qui jeudi a dû mettre à pied 95 % de son personnel, a par ailleurs indiqué M. Fitzgibbon en réponse aux questions des journalistes.

Il a ajouté, sur une note encourageante, que le Cirque du Soleil allait bientôt recommencer à présenter son spectacle en Chine.

«Nous savons que la Chine rouvre ses foires commerciales à la fin avril, donc nous savons que ce n’est pas l’apocalypse. Nous allons traverser l’épreuve», a-t-il affirmé.

Le ministre Girard a également annoncé l’harmonisation de certaines mesures avec celles du gouvernement fédéral, dont le report de la date de versement des paiements d’impôts au 1er septembre.

«Ce à quoi nous assistons, c’est une perturbation, une interruption, ce n’est pas la destruction», a-t-il renchéri.

Au total, le gouvernement du Québec aura accordé 11 milliards $ en aide aux individus et aux entreprises, l’équivalent de 2,5 % de son PIB, a indiqué M. Girard.

Les regroupements d’entreprises réagissent

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et le Conseil du patronat du Québec (CPQ) ont immédiatement salué l’annonce du gouvernement.

Selon la FCEI, les mesures annoncées par Québec soulageront les PME vulnérables et qui sont «sonnées par les contrecoups de la COVID-19».

Plus d’une PME sur quatre pourrait fermer en raison de la pandémie, estime-t-on.

D’autres mesures seront vite nécessaires, a affirmé dans un communiqué le vice-président Québec de la FCEI, François Vincent.

Il recommande notamment au gouvernement de:

– donner un congé de cotisations des charges salariales (RRQ, RQAP, CNESST);

– donner un soutien pour aider les PME à instaurer le télétravail (achat de matériel informatique, logiciels);

– suspendre le versement de la TVQ et de la TPS;

– suspendre les factures d’Hydro-Québec.

De son côté, la FCCQ estime que l’annonce de jeudi est un «premier pas concret pour combler les pertes de liquidités des entreprises».

Elle se réjouit entre autres de l’appel du premier ministre Legault à acheter québécois. Cela a «soulevé l’enthousiasme des chambres de commerce», indique-t-on.

La FCCQ et le CPQ croient également que d’autres gestes seront à poser pour soutenir et relancer l’économie québécoise. «Des mesures simples comme un moratoire du prochain versement de la TVQ permettraient aux entreprises de conserver des liquidités», a proposé Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

«Le CPQ s’attend à ce que le gouvernement fasse d’autres annonces dans les meilleurs délais, par exemple, en ce qui concerne les taxes sur la masse salariale», a renchéri son président Yves-Thomas Dorval.

Les plus populaires