Québec enregistre un surplus au 30 septembre, mais prévoit toujours 6,8 G$ de déficit

Les prévisions budgétaires du ministre des Finances, Eric Girard, se sont avérées justes pour la première moitié de l’exercice financier 2021-2022, mais les impacts du variant Omicron restent à être connus.

Le cabinet du ministre des Finances a dévoilé vendredi le Rapport mensuel des opérations financières au 30 septembre 2021, qui affiche un surplus budgétaire de 2,5 milliards $ au terme des six premiers mois de l’exercice financier 2021-2022. De plus, ce rapport maintient le cap vers un déficit de 6,8 milliards $, comme l’avait annoncé le ministre Girard lors de sa mise à jour économique de novembre dernier.

Le surplus des six premiers mois s’explique, selon le ministre, par «une croissance robuste par rapport à la même période l’année précédente», ce qui a entraîné «une forte hausse des revenus, principalement des impôts des particuliers et des sociétés ainsi que des taxes à la consommation».

Hausse des dépenses en santé à venir

La seconde moitié de l’année sera toutefois marquée par un accroissement des dépenses. Bien que le ministre ne revoie pas sa cible de déficit à la hausse, il reconnaît que l’augmentation sera surtout imputable aux dépenses liées à la mobilisation des ressources du secteur de la santé en marge de la pandémie. Or, de nombreux inconnus demeurent quant à la progression de la COVID-19 et de ses effets sur l’économie.

Dans le communiqué publié par le cabinet du ministre, on dit s’attendre à ce qu’une part importante des dépenses annuelles «seront réalisées dans la deuxième moitié de l’année», en précisant qu’«un total de 5,5 milliards de dollars de dépenses additionnelles reste à être comptabilisé à cet effet, notamment dans les secteurs de la santé et de l’éducation». 

Parallèlement, on s’attend à «un ralentissement de la croissance (…) qui aura pour effet de modérer la croissance des revenus» de l’État. Le ministre Girard sera en mesure de faire le point sur l’impact récent de la pandémie lors du dépôt du budget 2022-2023 au printemps prochain.

Bien qu’il se réjouisse des résultats du premier semestre, le ministre Girard réitère son intention de «faire preuve de prudence en ce qui a trait à la gestion du cadre financier, pour nous assurer que le Québec sortira de cette crise en position de force». 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.