Québec évalue la possibilité d’arrêter l’exploitation des hydrocarbures

Le gouvernement Legault évalue la possibilité de mettre un terme à l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures au Québec, a indiqué le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien. 

M. Julien réagissait ainsi à l’information rapportée par La Presse, mercredi matin, selon laquelle Québec annoncerait bientôt que toutes les énergies fossiles resteraient dans le sol sur le territoire québécois. 

La contestation de la Loi et le règlement sur les hydrocarbures dans le dossier du forage du site Galt, près de Gaspé, a été un facteur pour évaluer cette avenue, a expliqué le ministre Julien, en point de presse mercredi matin, à l’Assemblée nationale. 

M. Julien a refusé de donner son autorisation au projet en raison des risques sur le milieu hydrique. Une décision du tribunal serait attendue au cours des prochains mois. 

«Ce que j’ai demandé aux fonctionnaires du ministère, c’est regarder toutes les possibilités dépendant comment va tourner essentiellement ce jugement-là. Et effectivement, l’avenue d’interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures au Québec et des conséquences de ça est actuellement analysée par mon ministère», a mentionné M. Julien. 

Le ministre ne s’est pas avancé sur d’éventuels dédommagements pour les entreprises encore détentrices de permis pour l’exploitation et l’exploration de gaz, affirmant que cet aspect est aussi en analyse. Il a toutefois précisé que les compensations sont chiffrées en fonction des sommes investies et du travail déjà réalisé. 

Bien qu’aucune nouvelle demande de permis n’ait été déposée depuis l’adoption de la Loi et le règlement sur les hydrocarbures en 2018, le ministre souhaite se préparer à toute éventualité concernant le jugement dans le dossier Galt. 

«Si cette décision-là est à l’effet que la loi et le règlement n’est pas bien adapté, on va devoir réagir. Donc, on se prémunit actuellement par des analyses concrètes, et, c’est vrai, on regarde tous les scénarios. Tout est sur la table, dont interdire l’exploitation et l’exploration gazière», a-t-il déclaré, soutenant que la législation actuelle est tout de même «très robuste».

M. Julien a précisé que l’interdiction potentielle de tout projet d’oléoduc ou de gazoduc s’inscrit également dans la réflexion. 

Aux yeux du ministre, l’intention de Québec «est conséquente avec la réalité 2021» au moment où la province vise l’électrification des transports et la carboneutralité. 

«On voit bien que l’avenir, au Québec, n’est certainement pas à moyen terme sur l’exploitation du gaz et de l’huile», a affirmé le responsable de la transition énergétique dans le gouvernement Legault. 

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.