Québec injecte 80 millions $ dans un train de mesures de prévention en santé

MONTRÉAL — Québec consacrera 80 millions $ sur quatre ans à un train de mesures reliées aux saines habitudes de vie et qui font suite à sa Politique gouvernementale de prévention en santé, présentée à l’automne 2016.

Ces mesures touchent autant la prévention du diabète que la prévention des infections transmissibles sexuellement et la santé mentale. Et elles concernent les jeunes autant que les personnes âgées.

Pas moins de 15 ministères seront touchés par ce plan; c’est d’ailleurs pour cette raison que cinq ministres se sont déplacés, lundi à Montréal, pour en faire l’annonce.

«Vieillir, c’est une chose, mais vieillir en bonne santé, c’est autre chose. Et grâce à ce plan d’action interministériel, on va permettre à l’ensemble de la population d’y arriver, parce qu’on est une population vieillissante, mais on peut s’amuser longtemps», a illustré la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois.

Exemples

À titre d’exemple, une somme de 4,4 millions $ sera accordée aux entreprises de transformation alimentaire pour encourager l’offre d’aliments contenant moins de gras saturés, de sel et de sucre.

Une somme de 1,5 million $ servira à la promotion de la consommation d’eau non embouteillée dans les écoles.

Une somme de 3,5 millions $ sera consacrée à des activités pour aider les jeunes à l’école à découvrir de nouveaux aliments, de nouvelles saveurs et à cuisiner.

Une somme de 6,7 millions $ servira à financer des projets favorisant un mode de vie actif chez les personnes âgées et les personnes handicapées. 

Dans le cadre de sa politique de prévention en santé, plus large, le gouvernement s’était donné plusieurs objectifs et cibles à atteindre. Les mesures annoncées lundi doivent contribuer à atteindre ces objectifs.

Objectifs

Entre autres, Québec aimerait augmenter de 18 pour cent la proportion d’aînés recevant des services de soutien à domicile.

Québec souhaite aussi réduire à 10 pour cent la proportion de fumeurs quotidiens et occasionnels.

Il veut aussi faire croître de 20 pour cent la proportion de jeunes de 12 à 17 ans actifs durant leurs loisirs et déplacements.

Il veut aussi atteindre «une consommation minimale» de cinq fruits et légumes chaque jour, pour plus de la moitié de la population.

Comme il n’est pas toujours facile de mesurer ses succès et ses progrès, en matière de prévention, Québec compte sur trois tables, dont une interministérielle, pour évaluer les progrès. De même, l’Institut national de santé publique veillera au grain, a précisé la ministre Charlebois.