Québec investit 100 millions $ pour les soins à domicile

MONTRÉAL — Le gouvernement du Québec a annoncé dimanche un investissement annuel récurrent de 100 millions $ pour les soins à domicile.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, en a fait l’annonce à Montréal, en compagnie de sa collègue responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais et de l’adjointe parlementaire de M. Dubé, Marilyne Picard.

De ce montant, 65 millions $ serviront à offrir plus de services de soutien à domicile, notamment aux aînés et aux personnes ayant une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme. Selon le ministre, ce montant permettra d’aider plus de 1100 personnes supplémentaires, et tous les patients pourront bénéficier de davantage de services.

Par ailleurs, 10,5 millions $ serviront à améliorer les conditions de travail des employés du milieu, dont le taux horaire minimum passera de 14,25 $ à 16 $ l’heure. 

Les entreprises d’économie sociale en aide à domicile (EESAD) recevront quant à elles 14,7 millions $, entre autres pour améliorer les conditions de travail des préposés à domicile.

«On a un équilibre. On va donner plus de services, mais on a mis une partie du 100 millions $ qui vient augmenter le salaire, et ça je pense que c’était dû», a indiqué M. Dubé.

Selon lui, cela suffira à retenir des employés dans le milieu, où il y a une pénurie de main d’oeuvre.

«On pense que cet effort-là, en plus des primes COVID, ça fait des salaires qui sont beaucoup plus intéressants que ceux qu’on donnait dans l’ancienne administration, où on ne faisait qu’augmenter à raison de 2 % par année», a-t-il soutenu.

Sa collègue Marguerite Blais a souligné que ces nouvelles sommes étaient bienvenues, car les gens, de plus en plus, veulent vivre à domicile le plus longtemps possible.

«Cette année, les usagers ont reçu 3,2 millions d’heures de services de plus que l’année précédente, soit environ 22,7 millions d’heures à prendre soin de la population chez elle», a-t-elle souligné.

Selon le ministère, les nouveaux investissements permettront d’offrir 520 000 heures supplémentaires en services.

Mme Blais a ajouté que les gens ont été d’autant plus intéressés à rester à la maison en temps de pandémie.

«En plus on a une société vieillissante. Actuellement on dessert en tout et partout un million de personnes âgées de 70 ans et plus et dans dix ans, ce sera 1,5 million de personnes de 70 ans et plus.»

La nouvelle a été bien accueillie par le Réseau de coopération des entreprises d’économie sociale en aide à domicile (EÉSAD) et le Réseau FADOQ. 

«L’annonce d’aujourd’hui est une reconnaissance et un pas dans la bonne direction permettant de contribuer à faciliter l’embauche et la rétention de la main-d’œuvre à la hauteur des besoins des EÉSAD», a déclaré le directeur général J. Benoit Caron dans un communiqué.

Pour sa part, la présidente du Réseau FADOQ, Gisèle Tassé-Goodman estime que l’annonce va aider un système secoué par la crise sanitaire.

«Il y a eu une rupture importante du continuum de soins depuis le début de la pandémie, a-t-elle déclaré par voie de communiqué. Nos membres ont constaté une baisse considérable de leurs offres de services à domicile. Dans le contexte actuel, ces sommes récurrentes que le gouvernement du Québec va octroyer viendront mettre un baume sur le cauchemar vécu par de nombreux ainés.»

Le Comité d’action des personnes vivant des situations de handicap (CAPVISH) ne partage pas leur enthousiasme. Il déplore notamment que «seulement 10 M$ serviront à augmenter de 1,75$ le salaire des préposées du chèque emploi-service (CES) ce qui est nettement insuffisant puisque leur salaire ne passera qu’à 16$ de l’heure alors que pour le même travail dans des CHSLD des préposés touchent un salaire de 26$ de l’heure».

Laisser un commentaire