Québec octroie une aide d’urgence de 6 millions $ pour les banques alimentaires

Le gouvernement du Québec offre une aide d’urgence de 6 millions $ aux banques alimentaires de la province, qui constatent une augmentation importante de la demande en raison de l’approche de la période des Fêtes et de l’inflation galopante qui continue de mettre à rude épreuve le portefeuille des Québécois.

La ministre responsable de la Solidarité sociale et de l’Action communautaire, Chantal Rouleau, et le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, en ont fait l’annonce dimanche à Sherbrooke. Mme Rouleau a reconnu que la province est actuellement dans une période «particulière, où la faim se fait davantage sentir», en grande partie en raison de l’augmentation des prix des aliments.

Selon les données sur l’inflation de Statistique Canada, les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 11 % en octobre par rapport à la même période l’an dernier.

L’aide d’urgence de 6 millions $ annoncée dimanche porte les investissements du gouvernement du Québec pour appuyer les Banques alimentaires du Québec à 11 millions $ cette année.

La ministre Chantal Rouleau a souligné en entrevue que ces sommes faisaient partie d’un soutien «à long terme» pour aider les centres de distribution à moderniser leurs infrastructures.

«Ça permet aux banques alimentaires d’agrandir leurs entrepôts, d’avoir de la mécanisation, d’acquérir de nouveaux congélateurs et frigos… Bref, des projets qui permettent de mieux conserver les aliments et d’améliorer la distribution alimentaire auprès des organismes avec lesquels ils font affaire», a-t-elle précisé.

Pour le directeur général des Banques alimentaires du Québec, Martin Munger, cette nouvelle somme arrive comme un «cadeau de Noël à l’avance», a-t-il souligné lors de la conférence de presse.

À l’instar de la ministre, il a expliqué que cette nouvelle somme permettra aux banques alimentaires d’acheter davantage de denrées, pour les remettre aux familles dans le besoin, mais aussi d’améliorer leurs installations afin de pouvoir conserver davantage de denrées.

M. Munger a notamment expliqué que l’un des projets du regroupement consiste à pouvoir cuisiner et transformer certains aliments périssables en mets congelés, par exemple, afin de les garder en réserve plus longtemps. Mais pour ce faire, de meilleures installations sont nécessaires, d’où son accueil chaleureux à l’annonce du gouvernement.

Malgré son enthousiasme, M. Munger a brossé un portrait moins jovial de la situation actuelle au Québec.

Selon les données des Banques alimentaires du Québec, plus de 2,2 millions de demandes d’aide alimentaire sont présentées chaque mois dans la province, ce qui représente une augmentation importante par rapport à l’an passé.

M. Munger a toutefois soutenu que la nouvelle aide gouvernementale aidera les Banques alimentaires du Québec, composées de 32 membres, dont 19 membres Moisson, à répondre à la demande croissante.

«Quand on parle d’une aide d’urgence, on veut s’assurer que tout le monde puisse manger, et que personne ne soit laissé derrière. […] Il faut continuer à travailler dans cet esprit de solidarité qui nous caractérise pour faire reculer la pauvreté et l’exclusion sociale», a conclu Mme Rouleau, ajoutant qu’elle tenterait de mettre en place «les meilleures mesures possible dans les conditions économiques actuelles».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.