Québec prêt à offrir un certificat de sélection à Mamadi Camara, dit François Legault

OTTAWA — Le gouvernement du Québec est prêt à offrir un Certificat de sélection du Québec (CSQ) à Mamadi Fara Camara, alors qu’Ottawa promet d’aider cet homme arrêté à tort et sa famille.

Mardi, le premier ministre du Québec, François Legault a annoncé qu’il émettra un CSQ à Mamadi Fara Camara sous réserve de l’obtention du visa de résidence permanente par le gouvernement fédéral.

«Dès ce matin, j’ai demandé à la ministre de l’Immigration de s’assurer que dès qu’il y aura les papiers de la résidence permanente du gouvernement fédéral, que le gouvernement du Québec émette un CSQ, un certificat de sélection du Québec», a indiqué M. Legault.

«Je pense que ça peut venir un peu atténuer le préjudice que M. Camara a subi, malheureusement», a ajouté le premier ministre, qui s’est dit «touché» par cette histoire, tout comme de nombreux Québécois.

Après cette annonce, l’attaché de presse du cabinet du ministre fédéral de l’immigration a indiqué que le gouvernement allait «travailler avec M. Camara et sa famille alors qu’ils naviguent le processus d’immigration. »

Dans un courriel transmis à La Presse Canadienne, Alexander Cohen a précisé que les candidats «peuvent inclure des circonstances atténuantes dans le cadre du processus de résidence permanente, et ces facteurs sont sérieusement pris en compte. Chaque cas fait l’objet d’un examen et d’une analyse approfondie, et les décisions ne sont prises qu’après un examen attentif.»

« Nous sommes profondément troublés par le traitement qu’a subi Mamadi Fadi Camara. C’est inacceptable, et nous voulons des réponses claires sur ce qui s’est passé», a ajouté Alexander Cohen.

M. Camara, originaire de Guinée, est un chargé de laboratoire à Polytechnique qui a été accusé à tort, le 28 janvier dernier, d’avoir agressé un policier dans Parc-Extension, à Montréal. Il a été libéré des accusations qui pesaient contre lui après avoir passé six nuits en prison.

Radio-Canada avait révélé mardi que le gouvernement Trudeau réfléchissait à la possibilité d’accorder la résidence permanente à M. Camara, dont le permis d’étude expire au mois de mai. Les députés de Québec et d’Ottawa ont donc adopté à l’unanimité des motions distinctes visant à obtenir un engagement plus ferme de la part du fédéral.

Celle adoptée à l’Assemblée nationale, présentée par la députée indépendante Catherine Fournier, exhortait le gouvernement fédéral «d’accorder sans délai» la résidence permanente à M. Camara et au gouvernement du Québec «de lui octroyer le certificat de sélection du Québec en découlant».

Le Bloc québécois a pris la balle au bond en proposant, à son tour, une motion semblable. Elle a été elle aussi aussi adoptée sans opposition, ce qui suppose une unanimité des députés.

Une motion, même unanime, signale cependant une intention et n’a pas force de loi. Le gouvernement fédéral devra décider si, oui ou non, il accorde la résidence permanente à M. Camara.

Dans son courriel transmis à La Presse Canadienne mardi en fin de journée, Alexander Cohen, porte-parole du ministre fédéral de l’Immigration, Marco Mendicino, a également précisé que le gouvernement appréciait «la motion récemment adoptée par tous les membres de la Chambre des communes.»

Laisser un commentaire