Québec publie maintenant des analyses d’eaux usées pour suivre la COVID-19

MONTRÉAL — L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a commencé mercredi à publier des données sur la présence du coronavirus SRAS-CoV-2 dans les eaux usées de Montréal, Laval, Québec et Gatineau.

L’INSPQ indique que le suivi de la charge virale du SRAS-CoV-2 dans les eaux usées de ces grands centres urbains «vise à fournir un signal en temps réel de l’évolution de l’épidémie et aide à identifier les prochaines vagues de COVID-19».

Cet indicateur permet par ailleurs de suivre la circulation du virus dans la population, notamment en incluant les personnes asymptomatiques ou qui n’ont pas été testées, ajoute l’INSPQ.

La collecte des premiers échantillons a débuté le 22 mars à Québec, le 8 avril à Laval, le 12 avril à Montréal et le 13 mai à Gatineau, indique l’INSPQ. Les données pour les sites d’échantillonnage de ces quatre centres urbains seront maintenant disponibles et mises à jour chaque mercredi sur le site de l’INSPQ, indique-t-on.

L’INSPQ indique qu’au cours des prochains mois, d’autres sites s’ajouteront au programme, «pour un total d’une quinzaine de municipalités».

La moyenne sur sept jours des collectes d’eaux usées suggère une baisse de la concentration du virus dans les eaux usées à Québec, du 12 au 15 juin. Par contre, à Montréal, Laval et Gatineau, les données suggèrent une concentration plutôt stable de coronavirus la semaine dernière.

Dominic Frigon, professeur de génie civil à l’Université McGill, qui a participé au développement du programme québécois d’analyse des eaux usées, affirme que les données peuvent être utiles pour détecter les tendances. Mais il prévient que les niveaux de SRAS-CoV-2 dans les eaux usées ne sont pas directement corrélés au nombre de cas dans une population.

Le professeur Frigon ajoute que les données sur les eaux usées peuvent également être affectées par d’autres éléments — comme la pluie, qui dilue les eaux usées.

Le gouvernement fédéral publie en ligne depuis le début de mai des données sur l’analyse des eaux usées, y compris pour la région de Montréal.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.