Québec resserre les règles sanitaires dans les commerces dès vendredi

QUÉBEC — Le magasinage des Fêtes se fera sous haute surveillance cette année.

Pour éviter qu’une hausse marquée de l’achalandage dans les magasins durant le temps des Fêtes devienne un facteur aggravant de propagation du virus de la COVID-19, le gouvernement a choisi de resserrer les règles sanitaires imposées aux commerces.

Le resserrement des règles sanitaires dans les commerces à l’approche de Noël a été annoncé mercredi en conférence de presse par la vice-première ministre, Geneviève Guilbault.

Ainsi, à compter de vendredi, les propriétaires de tous types de commerces, ceux ayant pignon sur rue, de même que les grandes surfaces et les centres commerciaux, devront mieux encadrer les allées et venues de leurs clients.

Ils devront donc obligatoirement fixer une limite quant au nombre de clients autorisés en même temps dans leur établissement, qui variera en fonction de la surface occupée, et ils devront afficher cette information à l’entrée, «de manière très visible et très claire». 

Une formule de calcul a été établie, qui prévoit autoriser environ une personne par 20 mètres carrés dans un établissement. Les très petits magasins, occupant une surface de 20 mètres carrés ou moins, ne pourront accueillir qu’un client à la fois. 

Les contrevenants s’exposeront à des amendes pouvant aller de 1000 $ à  6000 $. Ultimement, en cas de délinquance récurrente, la santé publique «a le pouvoir de faire fermer un commerce», a rappelé la ministre Guilbault. 

Les constats d’infraction pourront être distribués autant aux clients récalcitrants qu’aux commerçants qui négligeraient de faire observer les règles. 

À cette fin, on prévoit une surveillance accrue des corps policiers et des enquêteurs de la CNESST dans les établissements commerciaux dans les semaines qui viennent, particulièrement lors du «Boxing Day», le 26 décembre, un jour de soldes reconnu pour son affluence importante, peu compatible avec la règle de  distanciation de deux mètres.

À ce propos, la ministre de la Sécurité publique a dit que les commerçants devraient aussi s’assurer que la distanciation de deux mètres entre les clients, de même que le port obligatoire du couvre-visage seront respectés en tout temps, à l’intérieur et dans les files d’attente.

«On ne veut pas fermer les commerces, mais il faut respecter les règles et s’assurer que ces endroits-là ne deviennent pas des lieux de contagion», a commenté Mme Guilbault.  

De nombreux commerces se pliaient déjà, à des degrés divers, à ces pratiques sanitaires, qui deviennent cependant obligatoires pour tous dès vendredi. Au cours des prochaines semaines, les commerçants et leur personnel auront donc une responsabilité accrue.

Laisser un commentaire