Québec solidaire s’engage à ne pas afficher de déficit budgétaire

MONTRÉAL — Au cinquième jour de la campagne électorale, Québec solidaire a fait connaître son cadre financier — qui ne prévoit aucune hausse d’impôt pour les citoyens dont le revenu annuel s’élève à moins de 97 000 $.

En point de presse à la Maison du développement durable de Montréal, lundi matin, la porte-parole Manon Massé a exposé comment son parti compte financer ses engagements en renflouant les coffres de l’État de 12,9 milliards $.

La formation de gauche propose notamment de réduire de moitié les tarifs de transport en commun, d’instaurer la gratuité scolaire et d’offrir un régime d’assurance dentaire universel.

L’économiste Simon Tremblay-Pepin, lui-même candidat solidaire dans la circonscription de Nelligan, soutient que ces promesses pourraient se concrétiser sans même afficher de déficit au cours du prochain mandat.

Parmi les sources de revenus dans la mire de Québec solidaire, Mme Massé a cité en exemple les entreprises pharmaceutiques, les minières, les multinationales du web, et «les gens les plus privilégiés du Québec» tels que les médecins spécialistes.

Elle s’est engagée à ne pas toucher aux taux d’imposition des petites et moyennes entreprises et même à abaisser les impôts des citoyens qui gagnent moins de 80 000 $ par année.

Les plus populaires