Quelque 179 incendies de forêt ont été rapportés dans la province au mois de mai

MONTRÉAL — Bien que le printemps ait été tardif cette année, la saison a été propice aux incendies de forêt.

Selon le bilan du mois de mai, dressé lundi par la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), 179 feux de forêt ont été rapportés le mois dernier.

La période la plus intense s’est déroulée du 10 au 20 mai, alors que les pompiers de la SOPFEU ou ceux des services d’incendie municipaux sont intervenus pour contrôler 100 brasiers.

Les régions les plus touchées ont été celles de l’Abitibi-Témiscamingue, de l’Outaouais, des Laurentides et de la Mauricie.

Dans presque tous les cas, il ne s’agissait que de petits incendies qui se sont limités à moins d’un hectare chacun. Plus souvent qu’autrement, il était question de brûlages de rebuts qui ont été mal contrôlés. 

Marie-Louise Harvey, agente à la prévention et à l’information à la SOPFEU, explique qu’au printemps, il ne suffit que de quelques heures d’ensoleillement jumelé à des vents pour que des incendies de forêt s’allument.

À ce jour, 207 incendies ont été rapportés dans la province, ce qui se situe au-delà de la moyenne de 187 feux de forêt. La superficie de forêt touchée est toutefois inférieure à la moyenne de la dernière décennie, avec 222 hectares de forêt perdus.

Le secteur situé entre le Saguenay-Lac-Saint-Jean et Baie-Comeau et le secteur de Kamouraska sont actuellement les endroits les plus à risque dans la province.

Par ailleurs, les 42 pompiers québécois qui étaient partis combattre des feux de forêt en Saskatchewan sont rentrés dimanche soir. Les deux avions-citernes qui les accompagnaient ont également entamé leur chemin de retour.

Les plus populaires