Quoi faire si l’on doit subir un test de dépistage aléatoire de la COVID-19?

OTTAWA — Vous rentrez tout juste d’un merveilleux voyage outre-mer. Vous franchissez la douane canadienne et vous vous préparez à retourner à la maison. Soudain, un nouveau message apparaît dans votre boîte courriel: vous avez été sélectionné de manière aléatoire pour subir un test de dépistage de la COVID-19.

Lorsqu’ils rentrent au Canada, les citoyens non vaccinés doivent obligatoirement subir un test de dépistage de la COVID-19. Les personnes dont le statut vaccinal est à jour n’ont pas cette obligation, mais elles peuvent être désignées au hasard pour subir quand même un test de dépistage si elles atterrissent à Montréal, Toronto, Calgary ou Vancouver.

Quoi faire, si l’on reçoit ce message des autorités canadiennes demandant de se soumettre à un test de dépistage dans un centre désigné.

15 minutes

D’abord, si vous êtes visé, vous le saurez rapidement puisque le message d’alerte devrait vous être transmis dans les 15 minutes suivant la confirmation de votre formulaire de déclaration à la douane. 

Où aller?

Le courriel transmis par les autorités canadiennes devrait contenir des informations afin de vous aider à trouver un endroit où vous pourrez subir un test de dépistage.

Correspondance

Vous avez franchi la douane à Toronto et venez de recevoir le courriel redouté, mais votre destination finale est Montréal? Pas de panique.

Si vous avez un vol de correspondance à prendre, poursuivez votre itinéraire. Toutefois, le test de dépistage doit obligatoirement être effectué avant la fin du jour de calendrier suivant votre arrivée au Canada.

Test rapide?

Malheureusement, même si vous avez en réserve une boîte de test rapide à la maison, celui-ci n’est pas valide. Toutefois, les autres options dont vous disposez sont toutes sans frais.

Certains laboratoires fournissent des trousses à emporter à la maison, mais il est aussi possible de passer son test avec un technicien. D’autres laboratoires pourraient vous référer à une pharmacie de votre quartier.

Une liste de laboratoires approuvés est aussi disponible sur le portail web du gouvernement.

Courriel

Lorsque le laboratoire crée votre dossier, assurez-vous de fournir la même adresse courriel que vous avez utilisée pour votre profil dans l’application ArriveCan. C’est avec cette adresse que le gouvernement pourra confirmer vos résultats.

Isolement

Il n’est pas nécessaire de vous isoler dans l’attente de votre résultat. Vous devriez obtenir une réponse dans un délai de quatre jours.

Si votre test est déclaré non concluant, vous devrez en subir un autre.

Dans le cas où votre test s’avère positif, vous devez vous isoler pour une période de dix jours et signaler votre résultat à l’Agence de santé publique du Canada.

Si votre résultat est négatif, mais que vous développez des symptômes comme de l’écoulement nasal, des maux de gorge ou autres, vous devez vous isoler pour une période de dix jours.

Départ urgent

Advenant une situation d’urgence pour laquelle vous devez quitter le pays avant la fin de votre période d’isolement, il faudra vous adresser à un agent de quarantaine afin d’obtenir une permission spéciale assortie d’une série de consignes à respecter.

Frontière terrestre

Des tests aléatoires peuvent aussi être imposés aux voyageurs qui franchissent la frontière terrestre depuis les États-Unis. Si c’est votre cas, les agents des services frontaliers devraient être en mesure de vous fournir les informations dont vous avez besoin.

Refus de dépistage

Que se passe-t-il si vous refusez de vous faire enfoncer un autre écouvillon dans la narine?

L’Agence canadienne de la santé publique va vous talonner. Après cinq jours, vous devriez recevoir un appel téléphonique. Si vous refusez toujours de vous conformer au test obligatoire, vous risquez de devoir payer une amende de plus de 5000 $.

De plus, le fait de désobéir à une consigne reçue au moment d’entrer au pays constitue une infraction de la «Loi visant à prévenir l’introduction et la propagation de maladies transmissibles».

Une violation de cette loi peut entraîner une peine d’emprisonnement maximale de six mois ou une amende de 750 000 $.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.