Racisme envers les Autochtones dans les soins de santé: une réunion vendredi

OTTAWA — Le gouvernement fédéral tiendra vendredi une réunion «urgente» sur le racisme vécu par les peuples autochtones dans les systèmes de soins de santé du pays, a appris La Presse Canadienne.

Cette réunion est organisée dans la foulée de la mort très médiatisée de Joyce Echaquan, cette femme de la communauté atikamekw de Manawan qui s’est éteinte à l’Hôpital de Joliette le 28 septembre. Mme Echaquan avait été insultée à répétition par des employées peu avant sa mort, une scène qu’elle avait filmée de son lit d’hôpital.

Le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, avait fait part la semaine dernière de son intention d’organiser cette réunion, sans préciser à quel moment elle aurait lieu. Il avait estimé que le sort subi par Mme Echaquan était un exemple des «pires expressions du racisme» et avait dit qu’il ne s’agissait pas d’un événement isolé.

Dans un courriel transmis à La Presse Canadienne en fin de journée, mardi, la porte-parole du ministère, Adrienne Vaupshas, a indiqué que de nombreuses personnes avaient été conviées à la réunion: des leaders des Premières Nations, des Inuits et des Métis, des partenaires des différents systèmes de soins de santé du Canada, ainsi que des représentants des provinces et des territoires. La famille de Joyce Echaquan a également été invitée.

Selon Mme Vaupshas, «la réunion sera axée sur l’écoute et la reconnaissance des expériences vécues par les Autochtones dans les systèmes de santé fédéraux, provinciaux et territoriaux».

Les participants seront appelés à définir des «mesures concrètes à court terme» que les gouvernements, les établissements d’enseignement et les centres de santé peuvent prendre pour rendre les soins de santé canadiens plus respectueux envers les Autochtones, dans l’objectif d’établir un plan national.

Les participants devront s’engager à prendre part à une deuxième réunion en janvier 2021 où les gouvernements et les organisations de santé présenteront des mesures concrètes pour faire changer les choses.

«Il s’agit d’un appel urgent à l’action», a affirmé la porte-parole.

Le gouvernement du Québec a ordonné une enquête publique sur les circonstances de la mort de Joyce Echaquan, qui sera menée par un coroner. Le premier ministre François Legault a présenté des excuses à la famille de Mme Echaquan la semaine dernière.

Laisser un commentaire