Raif Badawi a fait l’objet d’une tentative d’assassinat selon son épouse

MONTRÉAL — Le blogueur Raif Badawi, qui est emprisonné en Arabie saoudite depuis huit ans, a fait l’objet d’une tentative d’assassinat selon son épouse, Ensaf Haidar.

Dans un message publié sur Twitter dimanche, Ensaf Haidar a partagé son inquiétude concernant son mari incarcéré à la prison de Dhahban, près de Djeddah en Arabie saoudite.

«Mon mari, Raif Badawi, a fait l’objet d’une tentative d’assassinat à l’intérieur de la prison par un prisonnier qui avait été arrêté parce qu’il était membre d’un groupe terroriste. L’affaire a été renvoyée au parquet. Raif est en grève de la faim, car il ne se sent pas protégé en prison».

Joint par La Presse Canadienne lundi, Ensaf Haidar a indiqué avoir parlé avec son mari au téléphone samedi, pendant cinq minutes.

«La tentative d’assassinat s’est passée il y a quelques semaines, je crois, mais je ne sais pas quand exactement, je n’ai pas beaucoup de détails, car la conversation avec Raif a été très courte», a précisé Ensaf Haidar.

Elle a également expliqué qu’elle a l’habitude de passer de longues périodes, parfois plusieurs mois, sans avoir de nouvelles de son mari, car celui-ci obtient très rarement la permission d’appeler son épouse.

Ensaf Haidar a affirmé que son mari partageait une cellule avec une quinzaine de prisonniers, dont des terroristes, ce qui la rend «très inquiète».

Dans un échange de courriels avec La Presse Canadienne, une porte-parole d’Affaires mondiales Canada n’a pas confirmé l’information selon laquelle Raif Badawi aurait fait l’objet d’une tentative d’assassinat, mais a toutefois fait part de son inquiétude.

«Le gouvernement du Canada est extrêmement préoccupé par le cas de Raif Badawi. Nous l’avons soulevé aux plus hauts niveaux et nous avons appelé à plusieurs reprises à ce que la clémence soit accordée» a indiqué Patricia Skinner, du service des relations avec les médias.

La porte-parole a ajouté qu’Ottawa restait en contact avec Mme Haidar et souhaite voir M. Badawi réuni avec sa famille, précisant qu’Affaires mondiales Canada continue à faire part de ses «préoccupations au sujet de sa situation à Riyad et à Ottawa.»

Amnistie internationale Canada francophone a également indiqué «suivre la situation de près».

Raif Badawi a été condamné à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet, un interdit d’activité journalistique et de voyage pour 10 ans et une amende de trois millions de riyals, soit environ l’équivalent de 1,05 million $ CAN, pour avoir créé un forum en ligne afin de discuter de questions sociales en Arabie saoudite.

Raif Badawi n’a pas vu son épouse, Ensaf Haidar, et ses trois enfants depuis huit ans. Ces derniers sont réfugiés à Sherbrooke.

Au mois de janvier dernier, l’avocat et ex-député fédéral Irwin Cotler avait dit craindre pour la vie du blogueur et de son ancien avocat, Waleed Abou al-Khair, qui avaient tous deux entrepris en décembre une grève de la faim en détention en Arabie saoudite. Me Cotler, du Centre Raoul Wallenberg pour les droits de la personne, avait écrit une lettre en leur faveur aux Nations unies (ONU) pour qu’il y ait intervention d’urgence.

Laisser un commentaire