Réactions dans le monde aux tarifs douaniers américains

WASHINGTON — Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a annoncé jeudi que Washington impose des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium du Canada, du Mexique et des pays de l’Union européenne. Ces pays avaient été exemptés des droits d’importation de 25 pour cent sur l’acier et de 10 pour cent sur l’aluminium imposés pour la première fois en mars. Mais ces exemptions expiraient vendredi et l’administration de Donald Trump ne les a pas reconduites.

Voici quelques réactions ailleurs dans le monde:

— Le Mexique a aussitôt annoncé jeudi qu’il allait imposer des tarifs douaniers sur des importations américaines, notamment les flancs de porc, les pommes, les raisins, les fromages et l’acier plat.

Dans un communiqué, le ministre de l’Économie soutient que «l’utilisation par les États-Unis de la justification de sécurité nationale est inappropriée, et les droits de douane affectent des secteurs stratégiques pour l’Amérique du Nord, notamment l’automobile, l’aérospatiale et l’électronique».

— L’Union européenne avait déjà indiqué qu’elle pourrait imposer des tarifs douaniers de 1,6 milliard $ US sur les importations américaines de jus d’orange, de beurre d’arachides, d’ustensiles de cuisine, de vêtements et de chaussures, de lessiveuses, de textiles, de bourbon, de motos, de bateaux et de piles. Paris a indiqué que l’UE prendra une décision au cours des prochaines semaines.

En attendant, l’UE déposera une plainte formelle à l’OMC dès vendredi, les 28 pays de l’Union rejoignant ainsi la Chine et l’Inde. Mais ce mécanisme à l’OMC peut prendre plusieurs mois, voire des années.

— À l’OMC, le directeur général, Roberto Azevedo, a exprimé sa «plus grande préoccupation» face à ces tensions commerciales — et au risque d’escalade. Il a toutefois précisé que le système commercial mondial «a été conçu pour régler ces problèmes tout en prévenant l’escalade».

— En France, le président Emmanuel Macron a qualifié d’«erreur» cette décision «illégale» de l’administration Trump. Il a estimé que ces tarifs ne sont pas conformes au droit commercial international.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a qualifié ces tarifs douaniers d’«injustifiés et injustifiables», mais aussi de «dangereux». Ces mesures, a-t-il soutenu, ne serviront qu’à faire gagner ceux qui veulent moins de croissance, «ceux qui ne pensent pas que nous puissions développer nos économies à l’échelle globale».

— En Allemagne, on a aussi parlé d’un geste «illégal», et on craignait les risques d’escalade. La chancelière Angela Merkel avait déjà mis en garde contre l’imposition de ces tarifs avant même l’annonce de jeudi. Elle estimait que ces tarifs seraient incompatibles avec les règles de l’OMC. Elle prévenait que si Washington ne reconduisait pas les exemptions, l’Europe «répondrait de manière intelligente, décisive et conjointe».

— À Londres, le gouvernement britannique de Teresa May s’est dit «profondément déçu» par ces mesures, qui n’auraient pas dû s’appliquer «au Royaume-Uni et autres pays européens qui sont de proches alliés des États-Unis».