Recensement: la plus forte croissance de la population a été notée au Nunavut

OTTAWA – Quelle région a enregistré le taux de croissance démographique le plus élevé des provinces et territoires canadiens, selon le recensement de 2016?

Il s’agit du Nunavut. Le taux de croissance de la population de ce territoire nordique a fait un bond de 12,7 pour cent en l’espace de cinq ans.

Le jour du recensement, soit le 10 mai 2016, le Nunavut comptait 35 944 âmes.

Pour la première fois depuis sa création en 1999, le Nunavut est donc plus peuplé que le Yukon. L’écart est toutefois mince, puisque le Nunavut n’a que 70 résidents de plus que le Yukon.

Statistique Canada attribue cette hausse démographique au taux de fertilité élevé au Nunavut. Avec un taux s’établissant à 2,9 enfants par femme, le Nunavut se situe bien au-delà de la moyenne nationale de 1,6 enfant par femme.

De précédents recensements avaient démontré que le taux de fécondité était plus élevé chez les Autochtones, mais les données spécifiques du recensement de 2016 sur la population autochtone ne seront dévoilées qu’en octobre.

Les faits saillants du recensement de 2016 dévoilés mercredi donnent toutefois certains indices sur les changements observés sur les réserves autochtones.

À l’échelle canadienne, le nombre de personnes vivant sur des réserves a connu une hausse de 4,4 pour cent, ce qui se situe sous la moyenne nationale de 5 pour cent.

De 365 903 en 2011, le nombre de personnes établies sur des réserves est passé à 381 890 en 2016, ce qui représente un peu plus de 1 pour cent de la population canadienne.