Recyclage de fusées: alliance entre des entreprises des États-Unis et de la N.-É.

HALIFAX — Une entreprise de technologie spatiale établie aux États-Unis s’associe à la firme qui envisage de construire la première rampe de lancement spatiale à but commercial du Canada dans l’est de la Nouvelle-Écosse afin de déterminer s’il est possible de donner une nouvelle vie à des étages de fusées.

Selon l’accord, la compagnie Nanoracks, dont le siège social est situé à Houston au Texas, travaillera à trouver un nouvel usage pour les étages de fusées après leur lancement à partir du site de Maritime Launch Services (MLS) près de Canso, en Nouvelle-Écosse.

MLS a reçu l’approbation environnementale conditionnelle de la province pour la construction d’installations en juin.

Le pdg de Nanoracks, Jeffrey Manber, a déclaré que le plan consiste à utiliser les étages supérieurs des fusées de MLS fabriquées en Ukraine en tant que plateformes spatiales pouvant servir comme unités de stockage satellites ou comme dépôts de carburant.

Nanoracks a reçu une subvention de la NASA pour étudier la possibilité de réutiliser ce qui est qualifié de débris spatiaux, qui sinon seraient brûlés dans l’atmosphère ou envoyés sur des orbites de type dépotoir.

Selon l’entreprise, si le projet se concrétise, la construction de plateformes dans l’espace à l’aide de robots serait plus rentable et moins risquée que de les construire sur terre, puis de les envoyer dans l’espace.

Les plus populaires