Redoux historique et fortes pluies: 210 personnes ont été évacuées au Québec

MONTRÉAL — Environ 210 personnes ont été évacuées de façon préventive au Québec vendredi, alors que les fortes précipitations de pluie combinées à un redoux historique ont fait en sorte que de nombreux cours d’eau ont menacé de déborder.

La majeure partie des évacuations sont survenues à l’île Enchanteresse, dans la région de Québec. Le maire de Sainte-Brigitte-de-Laval, Carl Thomassin, a d’ailleurs déclaré l’état d’urgence pour une période de 48 heures sur tout le territoire de sa ville, dont fait partie l’île.

L’île à vocation résidentielle est située sur la rivière Montmorency, à une dizaine de kilomètres de la célèbre chute. Elle est très souvent touchée par des inondations printanières.

La ville a ouvert un centre de services aux sinistrés pour accueillir et enregistrer les gens, une tâche confiée à la Croix-Rouge. Les personnes évacuées ont été redirigées vers des hôtels en raison de la situation sanitaire.

En début de soirée vendredi, l’hélicoptère de la Sûreté du Québec (SQ) a été déployé pour venir en aide à certains citoyens coincés sur l’île.

Selon Steve Boivin, conseiller émérite à la Sécurité civile, des gens se sont retrouvés isolés sur une partie de l’île en raison d’un «d’un petit pont qui a été affaibli par le grand débit de la rivière Montmorency», ce qui a forcé les autorités à faire appel aux services de la SQ.

Le corps policier n’a pas confirmé le nombre de personnes qui ont été héliportées, mais sa porte-parole Catherine Bernard a souligné que «tout le monde était sain et sauf».

La SQ avait reçu la demande de déployer son hélicoptère en après-midi vendredi pour surveiller le secteur, mais le décollage de l’appareil avait été retardé de quelques heures en raison des conditions météorologiques.

D’autres évacuations ont eu lieu à Saint-Raymond et à Lac-Beauport, toujours dans la région de la Capitale-Nationale et à Saint-Tite-des-Caps dans Charlevoix.

Une décrue attendue samedi

Dans la région de Québec, plusieurs cours d’eau ont été gonflés par les pluies. Vendredi soir, toutes les rivières de la Capitale-Nationale étaient toujours sous «haute surveillance» selon M. Boivin, puisque quelques millimètres de pluie étaient toujours attendus dans la région.

La chute des températures dans la nuit de vendredi à samedi devrait cependant permettre une baisse du niveau des rivières cette fin de semaine. 

«On s’attend à voir une décrue samedi, a expliqué M. Boivin. C’est une bonne nouvelle, car la situation était vraiment sous haute surveillance dans plusieurs régions du Québec.»

En plus des rivières de la Capitale-Nationale, d’autres cours d’eau étaient surveillés dans la région de Laurentides-Lanaudière, mais «aucune conséquence sur la population» n’avait été rapportée à la Sécurité civile vendredi soir, a noté M. Boivin.

La sécurité civile était sur un pied d’alerte depuis deux jours, puisque les météorologues annonçaient de fortes pluies et des températures plus douces jeudi et vendredi.

Environnement Canada a d’ailleurs confirmé à La Presse Canadienne que plusieurs records de température ont été battus au Québec vendredi.

Une situation habituelle, mais une ampleur inhabituelle

Au Québec, il n’est pas rare d’observer une montée du niveau des rivières lorsque surviennent des redoux hivernaux, comme celui qui a frappé la province le jour de Noël.

Toutefois, M. Boivin a souligné que le nombre de rivières affectées au même moment était plus important qu’à la normale vendredi.

«D’habitude, nous avons des fontes localisées à certains endroits. Par contre, un redoux aussi large — qui s’étend sur Lanaudière, les Laurentides et la Capitale-Nationale — on ne voit pas ça souvent», a affirmé le conseiller qui travaille à la sécurité civile depuis 19 ans.

Le redoux des dernières heures s’explique par un influx du sud venant du golfe du Mexique, avec de l’air plus chaud que la normale et humide, a raconté Dominic Martel, météorologue chez Environnement Canada.

Dans les Laurentides, au nord de Québec et dans Charlevoix, des secteurs où il y avait déjà un couvert neigeux, la pluie s’est ajoutée aux températures plus douces qui font fondre la neige.

Au Massif de Charlevoix, où 36 centimètres de neige étaient mesurés au sol jeudi, il n’en restait plus que 12 vendredi, une fonte «très considérable, hors du commun même» pour cette période de l’année, a mentionné M. Martel.

Une station météorologique située dans la forêt Montmorency, au nord-est de Québec, a mesuré 83 mm de pluie, et celle située au sommet du Massif de Charlevoix en a mesuré 81 mm.

La ville de Québec avait pour sa part reçu entre 35 et 40 mm de pluie en début d’après-midi vendredi. Les précipitations ont aussi été importantes dans les Laurentides, avec 68 mm de pluie enregistrés à Sainte-Agathe-des-Monts, ce qui n’est «vraiment pas négligeable», a dit M. Martel.

De la «pluie intense» est tombée par moments, des précipitations de 8 mm à l’heure ayant même été mesurées par endroits. Les régions montagneuses devraient avoir reçu un total d’environ 100 mm de pluie.

La sécurité civile demande toujours aux personnes qui résident près d’une rivière de suivre les conditions météorologiques, les informations communiquées par les autorités municipales et d’évacuer leur domicile si un ordre est donné.

Laisser un commentaire