Réforme de l’assurance-emploi: les ministres Roy et Boulet interpellent Ottawa

OTTAWA — Les ministres québécois de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, et du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, ont écrit à leurs homologues fédéraux afin de leur demander de prendre en compte la réalité des travailleurs du milieu culturel dans la réforme à venir de l’assurance-emploi.

«Alors que la relance de l’économie s’accélère, le contexte est tout indiqué pour combler les lacunes du régime d’assurance-emploi exposées par la crise de santé publique», ont écrit les ministres Roy et Boulet, dans une lettre dont La Presse Canadienne a obtenu copie, aux ministres fédéraux du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, et de l’Emploi, Carla Qualtrough, plus tôt cette semaine.

Ottawa a prévu, dans le plus récent budget fédéral, 5 millions $ sur deux ans pour mener un examen de l’assurance-emploi. La pandémie de COVID-19 a fait ressurgir de nombreuses lacunes, notamment chez les travailleurs autonomes qui se sont retrouvés à devoir se tourner vers la Prestation canadienne d’urgence (PCU) au moment de la perte soudaine de leur emploi dès mars 2020. 

Puis, la PCU a été remplacée par trois autres prestations fédérales plus ciblées, dont la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) qui est disponible pour les travailleurs qui n’ont pas droit aux prestations d’assurance-emploi. La PCRE, qui offre 500 $ toutes les deux semaines, va être réduite à 300 $ après l’adoption du projet de loi C-30 de mise en oeuvre du budget. 

En prévision de la réforme de l’assurance-emploi, les ministres Roy et Boulet pressent leurs homologues fédéraux à prendre en considération «le statut singulier des artistes et des travailleurs culturels» afin que «ceux-ci puissent disposer d’une protection adéquate dans le cadre d’un programme qui est sous la responsabilité du gouvernement fédéral», plaident-ils. 

«Puisqu’une réforme du régime d’assurance-emploi pourrait avoir des impacts significatifs sur les différents programmes sociaux du Québec de même que sur la dynamique de son marché du travail, nous réitérons l’importance pour le gouvernement du Québec d’être impliqué dans le processus que votre gouvernement vient d’annoncer», ajoutent-ils. 

Selon eux, «à terme, c’est toute l’économie et le marché du travail du secteur des arts et de la culture qui en sortiraient gagnants».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.