Regard sur les personnes qui ont obtenu le pardon de Donald Trump

Donald Trump a délivré mardi une série de pardons et de commutations de peine, y compris à d’anciens membres du Congrès reconnus coupables de corruption, à deux personnes inculpées dans l’enquête sur la Russie qui a suivi son élection et à d’anciens mercenaires condamnés après un massacre en 2007 à Bagdad. Voici un aperçu des 20 personnes qui ont reçu des grâces ou des commutations mardi.

L’ANCIEN ÉLU RÉPUBLICAIN CHRIS COLLINS:

Chris Collins, un républicain de New York, a été condamné à deux mois de prison fédérale après avoir admis avoir aidé son fils et d’autres personnes à éviter 800 000 dollars de pertes boursières lorsqu’il a appris qu’un essai de médicament par une petite société pharmaceutique avait échoué. Il a été le premier membre du Congrès à appuyer la candidature de Donald Trump comme président.

L’ANCIEN ÉLU RÉPUBLICAIN DUNCAN HUNTER:

Duncan Hunter, un républicain du sud de la Californie, a été condamné en mars à 11 mois de prison après avoir plaidé coupable d’avoir volé environ 150 000 dollars dans les fonds de sa campagne pour se payer un style de vie somptueux, des vacances et des sorties avec des amis, des frais de scolarité dans une école privée et la fête d’anniversaire de sa fille.

GEORGE PAPADOPOULOS ET ALEXANDER VAN DER ZWAAN:

George Papadopoulos et Alexander Van der Zwaan ont tous deux été condamnés lors de l’enquête de l’avocat spécial Robert Mueller. George Papadopoulos a été le premier assistant de Donald Trump à plaider coupable dans le cadre de l’enquête de Robert Mueller – pour avoir menti au FBI – et il a purgé une peine de près de deux semaines dans une prison fédérale. Il était conseiller en politique étrangère de la campagne de Trump et a admis avoir menti au sujet d’une conversation de 2016 avec un professeur maltais qui lui avait dit que la Russie avait des informations compromettantes sur Hillary Clinton sous la forme de courriels volés. Il avait appris du professeur Joseph Mifsud que la Russie possédait des milliers de courriels volés lors d’une réunion en avril 2016 à Londres. Cette révélation a contribué à déclencher l’enquête de contre-espionnage du FBI en juillet 2016 sur une éventuelle coordination entre la Russie et la campagne de Donald Trump.

Alexander Van der Zwaan était un avocat néerlandais qui a été renvoyé d’un important cabinet d’avocats international et a admis avoir menti aux enquêteurs fédéraux au sujet de ses interactions avec l’ancien assistant de campagne de Donald Trump, Rick Gates, également inculpé dans l’enquête de Robert Mueller. Alexandre Van der Zwaan avait été condamné à 30 jours de prison. Lui et Papadopoulos sont devenus les troisième et quatrième accusés dans l’enquête sur la Russie à bénéficier d’une clémence.

NICHOLAS SLATTEN, PAUL SLOUGH, EVAN LIBERTY ET DUSTIN HEARD:

Les quatre hommes étaient des entrepreneurs privés embauchés par le gouvernement et condamnés dans un massacre en 2007 à Bagdad qui a fait plus d’une douzaine de civils irakiens morts et a provoqué un tollé international sur l’utilisation d’agents de sécurité privés dans une zone de guerre. Ils purgeaient tous de longues peines de prison. Les procureurs ont allégué que ces hommes, d’anciens vétérans travaillant comme sous-traitants pour le Département d’État, avaient lancé une attaque sans provocation dans un rond-point très fréquenté à l’aide de tireurs d’élite, de mitrailleuses et de lance-grenades en septembre 2007 sur la place Nisoor à Bagdad. Les avocats de la défense ont soutenu que leurs clients avaient riposté après avoir été pris en embuscade par des insurgés irakiens.

STEVE STOCKMAN:

L’ancien membre du Congrès du Texas a été reconnu coupable d’avoir conspiré pour escroquer au moins 775 000 $ de fondations conservatrices qui devaient financer des œuvres caritatives. Les procureurs ont déclaré que Steve Stockman, qui a siégé à la Chambre des représentants des États-Unis de 1995 à 1997 et de 2013 à 2015, a abusé des dons des fondations à des fins personnelles et politiques. Il a échoué dans sa candidature au Sénat américain en 2014. La Maison-Blanche a déclaré que Steve Stockman avait contracté le coronavirus alors qu’il était dans une prison fédérale et avait purgé plus de deux ans de sa peine de 10 ans. Des responsables ont indiqué qu’il serait toujours tenu de purger une peine de liberté sous surveillance et de payer environ 1 million de dollars de dédommagement.

IGNACIO RAMOS ET JOSE COMPEAN:

Donald Trump a accordé des pardons complets à Ignacio Ramos et Jose Compean, deux anciens agents frontaliers américains qui ont été reconnus coupables d’avoir tiré et blessé un trafiquant de drogue mexicain près d’El Paso, au Texas en 2005. Les enquêteurs ont déclaré que les agents n’avaient jamais signalé la fusillade et tenté de la dissimuler. Ils ont été reconnus coupables d’agression et de chefs d’accusation reliés aux armes à feu. Un juge a condamné en 2006 Ignacio Ramos à 11 ans de prison et Jose Compean à 12 ans. Ils ont été libérés en 2009 après que le président George W. Bush ait commué leurs peines.

PHIL LYMAN:

Phil Lyman, un républicain de l’Utah qui est actuellement représentant de l’État, a purgé 10 jours de prison après avoir dirigé une manifestation d’environ 50 personnes à bord de véhicules tout-terrains dans un canyon abritant des falaises amérindiennes que les autorités avaient fermées à la circulation motorisée. La manifestation s’est produite dans la foulée d’une contestation contre le contrôle fédéral de vastes étendues de terres et elle a eu lieu à la suite d’une confrontation armée que l’éleveur du Nevada Cliven Bundy a eu avec les autorités au sujet des frais de pâturage. L’administration Trump a levé, en 2017, l’interdiction des véhicules motorisés dans certaines parties du canyon, mais a laissé des restrictions en place dans d’autres zones où Phil Lyman a mené sa contestation.

WELDON ANGELOS:

Weldon Angelos avait 24 ans lorsqu’il a été condamné en 2004 à 55 ans de prison pour détention d’arme associée à un trafic de drogue après avoir apporté des armes à feu alors qu’il vendait de la marijuana, une peine qu’un juge fédéral a été forcé d’imposer en raison des lois sur les peines minimales obligatoires. Il n’avait pas de casier judiciaire avant d’être reconnu coupable d’avoir vendu trois fois 350 $ de marijuana à un informateur de la police et les procureurs ont soutenu qu’il était un membre de gang qui portait une arme à feu lors de deux de ces transactions, bien qu’il n’ait pas été accusé d’avoir utilisé ou montré une arme. Le producteur de musique a été libéré de prison en 2016. Le sénateur de l’Utah Mike Lee a demandé à l’ancien président Barack Obama d’accorder la clémence à Weldon Angelos, tout comme l’ancien juge fédéral qui a condamné Weldon Angelos. Barack Obama n’a pas commué la peine de WeldonAngelos, mais l’homme a été libéré de prison après avoir reçu une réduction de peine au tribunal.

CRYSTAL MUNOZ, JUDITH NEGRON ET TYNICE NICHOLE HALLL:

Crystal Munoz, Judith Negron et Tynice Nichole Hall avaient reçu la clémence plus tôt cette année et leurs cas sont représentatifs du flot de demandes que les présidents reçoivent généralement.

Le président a commué le reste de la peine de Crystal Munoz après avoir accordé sa clémence en octobre. Elle avait purgé 12 ans d’une peine de 20 ans de prison pour complot de drogue après avoir été condamnée pour son rôle dans un réseau de contrebande de marijuana. Elle a soutenu que son seul rôle était de dessiner une carte que d’autres auraient utilisée pour transporter la drogue du Mexique au Texas et que son avocat n’avait pas réussi à la défendre de manière adéquate. Elle était en liberté sous surveillance fédérale avant la commutation de mardi.

Judith Negron avait purgé 35 ans dans une prison de Floride pour fraude en matière de soins de santé, complot et blanchiment d’argent lorsqu’elle a été libérée en octobre. Jeudi, le président a commué le reste de sa libération surveillée.

Tynice Nichole Hall a purgé près de 14 ans d’une peine de 18 ans pour avoir autorisé que son appartement soit utilisé pour distribuer de la drogue. Les autorités ont déclaré qu’elle enseignait à d’autres détenus.

OTIS GORDON:

Le pasteur, reconnu coupable de possession de drogue, a obtenu un pardon complet, soutenu par le sénateur de Caroline du Sud Tim Scott. La Maison-Blanche a déclaré qu’il était devenu pasteur au ministère international de Life Changer après sa condamnation, qu’il avait encadré des enfants à risque et dirigé une séance de prière au Capitole des États-Unis après la fusillade de 2015 dans une église de Charleston, en Caroline du Sud.

PHILIP ESFORMES:

L’homme d’affaires a été condamné pour 20 chefs d’accusation dans ce que les procureurs ont décrit comme un stratagème de fraude au système d’assurance-santé Medicare. Il exploitait un réseau de maisons de retraite et de résidences dans le sud de la Floride et a été reconnu coupable d’avoir payé des pots-de-vin à des médecins et à des administrateurs afin qu’ils dirigent des patients vers ses entreprises. La peine de prison de Philip Esformes a été commuée par le président mardi, mais d’autres aspects de sa peine, y compris la libération surveillée, sont restés intacts. La Maison-Blanche a déclaré que la commutation était soutenue par un certain nombre d’anciens procureurs généraux et que la santé de Philip Esformes était en déclin.

ALFONSO COSTA:

Alfonso Costa est un dentiste de Pittsburgh qui a plaidé coupable à une accusation de fraude en matière de soins de santé liée à une fausse facturation. Il a purgé deux ans de probation et payé près de 300 000 $ d’amendes et de dédommagement. La Maison-Blanche a déclaré que le secrétaire du ministère du Logement et du Développement urbain, Ben Carson, et l’ancien joueur de football de la NFL, Jerome Bettis, avaient demandé la clémence pour Alfonso Costa et qu’il avait consacré une grande partie de sa vie adulte au service de sa communauté.

ALFRED LEE CRUM:

L’homme de 89 ans a plaidé coupable en 1952 – alors qu’il avait 19 ans – d’avoir aidé l’oncle de sa femme à distiller illégalement de l’alcool de contrebande. Il a purgé trois ans de probation et a payé une amende de 250 $. La Maison-Blanche a déclaré qu’Alfred Lee Crum, de l’Oklahoma, a maintenu un dossier vierge et un mariage solide pendant près de 70 ans, qu’il a fréquenté la même église pendant 60 ans, qu’il a élevé quatre enfants et participé régulièrement à des événements de collecte de fonds caritatifs.

– Par Zeke Miller, Jill Colvin, Eric Tucker, Michael Balsamo, Michelle Price, The Associated Press

Laisser un commentaire