REM de l’Est: l’ingénieure Maud Cohen présidera un comité d’experts indépendants

MONTRÉAL — L’ingénieure Maud Cohen présidera un nouveau comité d’experts indépendants sur l’intégration architecturale et urbaine du Réseau express métropolitain (REM) de l’Est.

Le comité est formé de 15 membres issus de différentes disciplines – notamment en architecture, en urbanisme, en design, en développement urbain – et ses membres sont nommés par le gouvernement du Québec.

Il formulera des recommandations à la firme d’architecture Lemay et les équipes de CDPQ Infra qui ont la responsabilité du design du projet.

Les recommandations seront toutes rendues publiques, a assuré Harout Chitilian, vice-président aux affaires corporatives, au développement et à la stratégie de CDPQ Infra, mardi, lors d’une conférence de presse.

Le groupe «ne se penchera pas uniquement sur le tronçon, mais bien sur l’ensemble du tracé», a précisé la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, notant que cette décision a été prise «d’un commun accord» avec la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le comité devra s’assurer tout au long de son mandat que l’intégration urbaine et architecturale soit «la pierre angulaire du projet», a insisté la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Autrement dit, a détaillé la mairesse, le projet devra s’intégrer de façon harmonieuse au milieu de vie traversé en respectant le patrimoine et le milieu bâti et les résidants de ces quartiers. Les usagers devront aussi avoir accès à des stations connectées et accessibles et qu’il sera possible de se déplacer autour d’elles de façon sécuritaire.

Le REM de l’Est comprend deux lignes de métro léger convergeant vers le centre-ville de Montréal. Il s’étalera sur 32 kilomètres et comprendra 23 stations. CDPQ Infra projette que l’infrastructure comportera 8 kilomètres de voies souterraines et 24 kilomètres de voies aériennes.

Ce ne sera pas une construction en hauteur en béton à l’image de son frère dans l’ouest de la ville. «C’est une promesse», a lancé Mme Rouleau. «Le REM de l’Ouest sert d’expérience», a-t-elle indiqué, assurant que le projet sera «parfaitement intégré à la trame urbaine».

CDPQ Infra n’écarte d’ailleurs pas que le projet soit davantage réalisé en souterrain. «Un projet de cette envergure-là, c’est un projet qui évolue constamment», a simplement indiqué M. Chitilian. D’ailleurs, une partie du tracé sera finalement enfouie dans Montréal-Nord.

La filiale de la Caisse a cependant réitéré en soirée toujours considérer que l’insertion d’un tronçon souterrain au centre-ville présente trop de contraintes physiques – notamment des lignes de métro et des aqueducs centenaires – et de risques. 

La mairesse Valérie Plante a par ailleurs refusé de clarifier où elle se positionne désormais sur l’option d’un tracé aérien au centre-ville, le long du boulevard René-Lévesque. «Je suis rassurée qu’il y a un comité aviseur prescriptif», a-t-elle simplement déclaré.

En parallèle aux travaux du comité, des séances d’information publiques et des consultations citoyennes seront également menées en mode virtuel au cours des prochaines semaines.

Le succès du REM de l’Est repose notamment sur «l’acceptabilité sociale», a soutenu la ministre rouleau. Cette adhésion de la population est une «condition importante à la réussite du projet», a renchéri la mairesse Plante.

===

Le comité est composé des personnes suivantes:

– Maud Cohen, présidente et directrice générale, Fondation CHU Sainte-Justine, et présidente du comité d’experts multidisciplinaires sur l’intégration architecturale et urbaine du REM de l’Est

– Mouna Andraos, cofondatrice, studio d’art et de design Daily tous les jours, directrice générale et artistique par intérim, Société des arts technologiques, et professeure adjointe au Département de design et d’arts numériques, Université Concordia;

– Frédérick Bouthillette, sous-ministre adjoint aux projets stratégiques de transport collectif et ferroviaire, ministère des Transports;

– Rose Lyndsay Daudier, directrice générale, Fusion Jeunesse;

– Marie Elaine Farley, présidente et chef de la direction, Chambre de la sécurité financière, et membre du conseil d’administration, Réseau de transport métropolitain (exo);

– Luc Gagnon, directeur du Service de l’urbanisme et de la mobilité, Ville de Montréal;

– Éric Gauthier, associé principal, Les architectes FABG;

– Ken Greenberg, concepteur d’urbanisme, professeur, auteur et directeur, Greenberg Consultants;

– Eric Millette, consultant en conservation et en intégration architecturale, CONTEXTURE;

– Paula Negron, Ph. D. professeure agrégée à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal;

– Christian Savard, directeur général, Vivre en Ville;

– Monique Simard, productrice et gestionnaire culturelle, présidente du conseil d’administration, Partenariat du Quartier des spectacles, présidente du conseil d’administration, Fonds Québecor, et présidente du conseil d’administration, Vitrine culturelle;

– Stéphanie Trudeau, vice-présidente exécutive – Québec, Énergir, et présidente des conseils d’administration de Gaz Métro Plus, d’Énergir, chaleur et climatisation urbaines, de la Fédération des chambres de commerce du Québec et de Soupe pour elles;

– Jean-Paul Viguier, président fondateur, VIGUIER architecture urbanisme paysage;

– Christian Yaccarini, président et chef de la direction, Société de développement Angus.

Laisser un commentaire