Remaniement du cabinet fantôme libéral: Pierre Arcand demeure au purgatoire.

QUÉBEC — Le député libéral Pierre Arcand va devoir ronger son frein encore un temps au purgatoire, n’ayant aucune responsabilité au sein du cabinet fantôme de l’opposition officielle, remanié vendredi.

La cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, a annoncé vendredi un remaniement de son cabinet fantôme, un geste rendu nécessaire à la suite de sa décision de retirer à M. Arcand ses responsabilités de critique en matière de transports et dans les dossiers de la métropole.

Mme Anglade voulait ainsi signifier au député de Mont-Royal-Outremont qu’elle désapprouvait son choix de partir en voyage à la Barbade durant le congé des Fêtes, malgré les consignes gouvernementales visant à décourager les voyages à l’étranger non essentiels. 

Début janvier, elle annonçait que M. Arcand, ancien ministre et ancien chef par intérim de cette formation politique, serait rétrogradé au rang de simple député, sans aucune responsabilité au sein de l’opposition officielle. La cheffe libérale maintient donc sa position.

M. Arcand a été fortement contrarié par cette rétrogradation, blessé par la décision de sa cheffe, estimant la punition démesurée. Il a même songé à démissionner, mais il a fini par accepter d’avaler sa pilule et de ne pas faire de vagues, indiquent des sources à l’interne.

Le rôle de critique en matière de transports reviendra dorénavant au député de Marquette, Enrico Ciccone, et les dossiers de la métropole relèveront de la députée de Jeanne-Mance-Viger, Filomena Rotiroti. 

Parmi les autres changements annoncés, notons que la députée de Verdun, Isabelle Melançon, perd la culture, qui ira à la députée d’Acadie, Christine St-Pierre, ex-ministre de la Culture, mais l’ex-ministre de l’Environnement gagne le rôle de critique en environnement, et Mme Melançon conserve aussi le tourisme et la condition féminine. Mme St-Pierre s’occupera aussi d’immigration.

C’est le député de Viau, Frantz Benjamin, qui présidera le caucus libéral.

La députée de Marguerite-Bourgeoys, Hélène David, s’occupera d’enseignement supérieur et parrainera le dossier linguistique,  qui devrait prendre le devant de la scène dans les prochains mois, alors qu’on attend le dépôt d’une réforme majeure de la loi 101, pilotée par le ministre Simon Jolin-Barrette.

Remaniement au PQ

L’opposition péquiste a dû elle aussi s’ajuster, après le départ du député de Rimouski, Harold LeBel, qui siégera désormais à titre de député indépendant, faisant l’objet d’une accusation d’agression sexuelle. 

La responsabilité de critique en matière de lutte à la pauvreté passe de M. LeBel au leader parlementaire, Martin Ouellet.

Le caucus du troisième groupe d’opposition ne compte plus que huit députés. 

Laisser un commentaire