Rémunération des préposés aux bénéficiaires: 7e journée de discussions

MONTRÉAL — Les parties en étaient à leur septième journée de discussions, mercredi, sur la hausse de la rémunération des préposés aux bénéficiaires dans le secteur public.

Les négociations ont commencé le 21 avril entre le Conseil du trésor et la FTQ, d’une part, et entre le Trésor et la Fédération de la santé et des services sociaux, d’autre part.

La FSSS, qui est affiliée à la CSN, se disait «toujours confiante» mercredi, bien qu’il s’agisse d’une septième journée de discussions.

La FTQ a insisté sur le fait qu’il fallait non seulement mieux rémunérer les préposés aux bénéficiaires, mais aussi «ajouter des bras» et rendre les conditions d’exercice plus acceptables. Les préposés ont en effet beaucoup de résidants dont ils doivent s’occuper et ont peu de temps pour le faire.

Le premier ministre François Legault a dit juger prioritaire et pressant de hausser la rémunération des préposés aux bénéficiaires, alors qu’on accuse une pénurie en ce domaine, et que cela aggrave la crise dans les Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), en pleine crise du coronavirus.

Reste à savoir comment les parties y parviendront: par le salaire ou par des primes. Les syndicats préfèrent que cela se fasse par le salaire, pour régler le problème de façon permanente.

Les parties ont d’ailleurs convenu de procéder à une évaluation de l’emploi, et même des deux titres d’emploi: celui de préposé aux bénéficiaires et celui d’auxiliaire aux services de santé et sociaux — qui fait les mêmes tâches, mais à domicile.

Il faudra aussi déterminer si les versements seront rétroactifs et, si oui, jusqu’à quand il faudra remonter.

Il faudra également déterminer si tous les préposés aux bénéficiaires toucheront la même augmentation ou si ceux qui travaillent dans l’hébergement et les soins de longue durée seront mieux rémunérés. Des préposés travaillent en effet dans d’autres unités de soins d’un hôpital, par exemple.

À l’heure actuelle, dans le secteur public, le salaire de base des préposés va de 20,55 $ l’heure au premier échelon à 22,35 $ au cinquième et dernier échelon.

Ceux qui travaillent en hébergement et soins de longue durée — pas seulement les préposés aux bénéficiaires — touchent également une prime de 180 $ par bloc de 750 heures. Cette prime, prévue dans une lettre d’entente annexée aux conventions collectives 2015-2020, devait arriver à échéance le 30 mars, mais elle a été prolongée in extremis pour six mois.

Les commentaires sont fermés.

Je cite : »Il faudra également déterminer si tous les préposés aux bénéficiaires toucheront la même augmentation ou si ceux qui travaillent dans l’hébergement et les soins de longue durée seront mieux rémunérés. Des préposés travaillent en effet dans d’autres unités de soins d’un hôpital, par exemple. »
… La crise du covid-19 est horrible en chsld… Faudrait pas croire qu’en milieu hospitalier le problème de manque de main-d’oeuvre ne se fait pas ressentir. Le vieillissement de la population c’est PARTOUT avec ce que ça implique en temps et soins pour les préposées. De plus en milieu hospitalier le gouvernement a augmenter le nombre d’opérations, ce qui augmente encore une fois la tâche des préposés en procédures donc en temps de soins également !
Il faut attirer de la main d’oeuvre PARTOUT dans le système de santé et pour ce faire et bien ça passe par de meilleurs salaires et de meilleurs conditions de travail pour tous les PABs ! C’est assez de travailler pour deux et toujours à la course et nous le faisons depuis trop longtemps et tout le monde est au courant ! La pénurie de préposés aux bénéficiaires a sa raison d’être !

Les plus populaires