Rentrée scolaire: les chaines humaines reprendront pour exiger du financement

MONTRÉAL – Le mouvement «Je protège mon école publique» n’entend pas relâcher sa pression, et reprendra ses chaînes humaines devant les écoles dès le 1er septembre, en cette semaine de rentrée scolaire au Québec.

La porte-parole du mouvement, Pascale Grignon, explique que ce n’est pas «de gaieté de coeur» que la mobilisation sera maintenue, mais bien parce que le système d’éducation publique demeure en péril.

Mme Grignon note que le gouvernement souhaite rassurer tout le monde en parlant de «réinvestissement», surtout dans les infrastructures, mais selon elle, tout n’est pas réglé, bien au contraire.

Par les chaînes humaines, elle souligne que les parents souhaitent démontrer qu’ils demeurent vigilants et comptent bien s’assurer que le gouvernement passe à l’action.

Mme Grignon admet que les montants débloqués pour agrandir les écoles et les rénover sont bienvenus, ajoutant du même souffle que le système d’éducation, «c’est bien plus que du béton».

Pascale Grignon affirme que le manque de financement fragilise grandement le système d’éducation. Elle signale que la «surpopulation scolaire» s’est encore accrue, que le manque d’accès aux services de professionnels pour les élèves est flagrant, et que l’état de vétusté d’un grand nombre de bâtiments reste alarmant.

Les commentaires sont fermés.

COUILLARD : VERS LE FÉDÉRALISME

Il est grand temps de savoir pourquoi le gouvernement libéral, dirigé par M. Couillard, coupe dans tous les services risquant justement de rendre les citoyens plus malades ou d’en faire des itinérants. Mais il faudrait savoir pourquoi un médecin se dirige dans cette impasse, entraînant avec lui un flot de misère pour les personnes qu’il
devrait pourtant protéger. Savez-vous pourquoi? Ajoutez l’acceptation de la vente de Rona à des étrangers. Je pense…

En août 2014, Mme Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario, a eu un entretien avec notre premier ministre et lui a confirmé que le Québec était SOUVERAIN depuis 1982. Personne ne veut le savoir et tous les médias se taisent à propos de la séparation réussie du Québec. Même les partis prétendument séparatistes se taisent. Il y a séparation parce que les Canadians nous ont mis à la porte, tout simplement. Ce n’est pas glorieux de le subir et de le dire, mais c’est un fait parce qu’un contrat non signé ne saurait contraindre un non-signataire.

Le prochain référendum devra être préparé par des Québécois fédéralistes qui veulent réintégrer le Canada, lequel les a toujours traités en subordonnés sinon en esclaves.

La meilleur façon de faire des citoyens un peuple asservi, c’est de leur couper les vivres, de leur faire croire qu’ils sont incapables de se gouverner eux-mêmes. C’est ce que Couillard prépare avec succès, sans fournir de portrait préalable, en faisant endosser la privation par le souci d’une meilleure administration.