Réouverture des restaurants et reprise du sport le 31 janvier, annonce Legault

MONTRÉAL — Québec jette du lest et annonce la réouverture des restaurants, ainsi que la reprise du sport pour les jeunes, dès le 31 janvier. Les salles de spectacles et les cinémas pourront quant à eux rouvrir le 7 février.

C’est ce qu’a annoncé, mardi, le premier ministre François Legault en conférence de presse à Montréal. Il était accompagné du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau.

M. Legault a déclaré que la diminution du nombre d’hospitalisations en raison de la COVID-19 rendait possibles certains assouplissements aux mesures sanitaires.

En plus d’autoriser la réouverture des restaurants (à 50 % de leur capacité) et la reprise du sport pour les jeunes de 18 ans et moins, Québec permettra dès lundi à deux bulles familiales de se réunir à l’intérieur d’une résidence.  

Les équipes collégiales et universitaires pourront aussi reprendre leurs entraînements dès la semaine prochaine. Les compétitions et les tournois demeurent toutefois interdits. 

Des assouplissements seront également permis pour les visites dans les résidences pour personnes âgées.

Quant aux salles de spectacles, aux cinémas et aux lieux de culte, ils devront patienter jusqu’au 7 février pour rouvrir à 50 % de leur capacité, a indiqué le premier ministre, qui affirme vouloir procéder par étapes et avec prudence.

«Je vous disais la semaine passée qu’on voyait la lumière au bout du tunnel. Je pense qu’on peut dire aujourd’hui qu’on est sortis du tunnel, a-t-il déclaré. Par contre, le train de la Santé est « magané ». (…) Il faut y aller mollo.» 

Selon le ministre Dubé, il s’agit de commencer par des «petits rassemblements» et de «petits contacts» afin de mesurer leur impact avant de passer à la réouverture des salles de spectacles et de cinéma. 

En autorisant d’abord la réouverture des salles à manger et les rassemblements privés, il y a aussi une question de santé psychologique, a ajouté le Dr Boileau. 

«Il faut donner un espace pour permettre de vivre différemment et de continuer à vivre dans cette dimension avec le virus, tout en étant prudent. (…) Je pense que c’est un calcul correct du risque de la charge hospitalière qui veut se stabiliser et du besoin pour les gens de socialiser», a-t-il expliqué. 

La réouverture des gyms et des spas attendra dans une troisième phase de déconfinement, quand il y aura «un peu plus de certitude» notamment dans les hôpitaux, a précisé le premier ministre. 

M. Legault aurait aimé avoir un «calendrier plus complet» des prochains allégements, comme le demandent les oppositions et différents acteurs du milieu économique. 

«Mais en même temps, il faut être réaliste. Quand on parle aux experts, il y a beaucoup d’incertitude dans les prochaines semaines. Donc, il faut être responsable et humble aussi», a-t-il soutenu. 

Plateforme d’autodéclaration

Québec a d’autre part mis en ligne mardi matin sa plateforme d’autodéclaration qui permettra aux personnes de transmettre leur résultat de tests rapides.

Elle représente un outil supplémentaire pour surveiller l’évolution de la pandémie au Québec, a affirmé le Dr Boileau. 

M. Dubé a invité tous ceux ayant utilisé un test rapide dans les dernières semaines à enregistrer leurs résultats. 

Les tests en centres de dépistage restent accessibles à certains groupes de travailleurs. La Santé publique étudie la possibilité d’élargir leur utilisation à d’autres clientèles, a indiqué le Dr Boileau. 

Éviter un «retour en arrière»

Bien que des dates de réouverture soient maintenant connues pour certains secteurs, la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, réclame d’apporter des précisions pour la suite des choses. 

«La prévisibilité, ça veut dire d’avoir un calendrier. Non seulement de dire que les restaurants vont être ouverts, mais c’est de savoir pendant combien de temps ils vont être à 50 %. Pendant le temps où ils seront à 50 %, est-ce qu’ils vont bénéficier d’une aide financière?», a réagi la leader libérale, dans un point de presse en marge d’une rencontre avec son groupe parlementaire. 

Québec solidaire estime les assouplissements annoncés comme «nécessaires pour donner une petite bouffée d’air à la population et aux milieux touchés par les fermetures». 

«Mais maintenant, le gouvernement a la responsabilité de s’assurer qu’il n’y ait plus de retour en arrière. Les restaurateurs et les gens du milieu de la culture n’en peuvent plus, de la valse des réouvertures et des fermetures, ils ont besoin de clarté et de prévisibilité pour la suite», a commenté dans une déclaration écrite le porte-parole solidaire en matière de santé, Vincent Marissal.