Restrictions sur les voyages: Trudeau réplique au gouvernement ontarien

TORONTO — Le premier ministre Justin Trudeau a répliqué vendredi aux demandes du gouvernement ontarien pour des restrictions de voyage plus draconiennes, affirmant que les récriminations ne sont d’aucune aide alors que la province est aux prises avec la troisième vague de COVID-19.

M. Trudeau a réagi à une publicité dévoilée jeudi par le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, qui l’accuse de ne pas avoir adéquatement limité les déplacements dans la province.

Le gouvernement fédéral est prêt à travailler avec l’Ontario pour limiter encore davantage le nombre de personnes autorisées à entrer dans la province, a affirmé M. Trudeau, notant toutefois que son homologue Doug Ford n’a effectué aucun suivi à ce sujet.

«Ça fait une semaine que nous avons reçu cette demande directement du premier ministre, à laquelle ils n’ont pas donné suite, sauf avec des attaques personnelles, ce qui n’a aucun sens et qui franchement n’aidera pas les Ontariens», a déclaré M. Trudeau en conférence de presse.

Il dit avoir offert d’imposer des restrictions supplémentaires pour les travailleurs étrangers temporaires et les travailleurs agricoles, pour les exemptions pour des raisons humanitaires et pour les étudiants internationaux. L’Ontario a approuvé l’arrivée de 30 000 étudiants internationaux au cours du dernier mois, a-t-il relevé.

Une porte-parole de Doug Ford a déclaré que le gouvernement ontarien avait été «clair» en réclamant plus de mesures de la part du gouvernement fédéral pour empêcher des variants préoccupants d’entrer au pays.

«Les variants de COVID-19 à l’origine de notre troisième vague sont le résultat direct de la faiblesse des mesures à nos frontières, c’est pourquoi nous avons appelé le gouvernement fédéral à prendre un certain nombre de mesures supplémentaires pour remédier à cette situation, y compris l’interdiction de tous les voyages non essentiels, l’obligation pour les voyageurs interprovinciaux de subir des tests PCR et la fermeture de l’échappatoire à notre frontière terrestre avec une quarantaine de trois jours à l’hôtel», a déclaré Alexandra Adamo dans un courriel.

«Nous n’avons pas officiellement fait de demande pour interdire les étudiants internationaux, mais nous attendons avec impatience que le gouvernement fédéral apporte des solutions pour réduire l’importation de cas et l’introduction de variants au Canada.»

La semaine dernière, le gouvernement ontarien a officiellement demandé à Ottawa d’imposer aux voyageurs aériens interprovinciaux des règles similaires à celles appliquées aux voyageurs venant de l’étranger et d’exiger une quarantaine à l’hôtel pour les voyageurs entrant au Canada par voie terrestre.

Ottawa a alors refusé d’imposer une quarantaine à l’hôtel aux points d’entrée terrestres, mais a souligné que les provinces pourraient mettre en oeuvre des mesures par elles-mêmes à la frontière terrestre si elles le souhaitent.

Laisser un commentaire