Retour de la «bulle Atlantique» le 19 avril, si tout va bien

HALIFAX — Les résidents des quatre provinces de l’Atlantique devraient pouvoir dans un mois reprendre leurs déplacements sans restrictions dans toute la région. 

Le retour de la «bulle Atlantique» a été annoncé conjointement jeudi par les premiers ministres de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador. Les résidents de ces provinces pourront donc se déplacer dans la région sans avoir à s’isoler pendant 14 jours, mais la quarantaine restera en vigueur pour les visiteurs d’autres régions du Canada.

Par contre, le Nouveau-Brunswick formera une petite «bulle québécoise» avec les municipalités régionales de comté de Témiscouata et d’Avignon ainsi qu’avec la communauté autochtone de Listiguj, au Québec. Les résidents de ces communautés qui prévoient se rendre au Nouveau-Brunswick ne devront pas avoir voyagé à l’extérieur de ces régions au cours des 14 derniers jours — ou alors ils devront avoir reçu leur première dose du vaccin au moins 14 jours avant.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, a expliqué jeudi que le nombre de cas de COVID-19 est actuellement plus bas dans toute la région. Les premiers ministres veulent également donner un coup de pouce au commerce dans la région tout en facilitant la visite des proches, a-t-il dit. M. Rankin a assuré que les premiers ministres n’avaient pas cédé aux pressions du monde des affaires.

«Pendant longtemps, nous avons pu maintenir nos frontières étanches, et cela s’est avéré un succès», a déclaré le premier ministre Rankin aux journalistes, à l’issue d’une réunion du cabinet. «La bulle Atlantique précédente a été très réussie, donc je suis impatient de voir (l’ouverture) se produire.»

Cette bulle avait éclaté en novembre lorsqu’un certain nombre d’éclosions de COVID-19 ont conduit les provinces à restreindre les entrées.

Le retour de la bulle Atlantique est conditionnel aux bons bilans sanitaires dans la région, aux éclosions maîtrisées et aux conseils des médecins hygiénistes en chef des provinces. Selon la déclaration des premiers ministres, la participation de Terre-Neuve-et-Labrador dépendra des progrès enregistrés dans l’assouplissement de ses mesures sanitaires à la suite d’une éclosion le mois dernier dans la région de Saint-Jean. 

M. Rankin a déclaré jeudi que les premiers ministres de la région n’étaient pas prêts à une éventuelle réouverture des frontières avec le reste du Canada.

Les bilans provinciaux 

Ironie du sort, la Nouvelle-Écosse signalait jeudi son premier décès lié à la COVID-19 depuis le mois d’août: une octogénaire dans la région sanitaire qui comprend Halifax. La province signalait également trois nouvelles infections jeudi. La Nouvelle-Écosse a enregistré 66 décès liés au virus depuis le début de la pandémie.

Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement a annoncé jeudi que les personnes âgées de 80 ans et plus, les professionnels de la santé réglementés qui sont en contact étroit avec leurs patients ainsi que les personnes qui présentent des problèmes de santé complexes sont maintenant admissibles à recevoir le vaccin en pharmacie.

Selon le gouvernement, tous les résidents des établissements de soins de longue durée ont maintenant eu l’occasion de recevoir au moins une dose du vaccin et tous les résidents des communautés des Premières Nations âgés de 16 ans et plus auront eu la possibilité de recevoir leur première dose du vaccin vendredi.

Par ailleurs, les travailleurs en rotation ne seront plus tenus, à compter du 26 mars, de s’auto-isoler s’ils ont reçu leur première dose du vaccin et que 14 jours se sont écoulés depuis. Actuellement, ces travailleurs doivent subir un test de dépistage au cinquième et au 10e jour suivant leur retour au Nouveau-Brunswick.

La province signalait jeudi sept nouveaux cas de COVID-19, dont cinq dans la région d’Edmundston. Les deux autres étaient recensés dans les régions de Moncton et de Fredericton. Selon la santé publique, tous ces cas sont liés à des cas déjà connus. On compte 48 cas actifs, dont une hospitalisation. 

À Terre-Neuve-et-Labrador, on signalait jeudi un nouveau cas de COVID-19: un homme entre 20 et 39 ans dont l’infection est liée à un voyage international. Selon la santé publique, on compte maintenant 34 cas actifs dans la province.

De nombreux enfants de la région d’Avalon, où une éclosion a balayé la capitale le mois dernier, sont par ailleurs retournés à l’école, jeudi, après un assouplissement des mesures de confinement le week-end dernier.

Laisser un commentaire