Retour en classe: «très, très peu» de bris de service, selon le ministre Roberge

MONTRÉAL — Depuis le retour en classe la semaine dernière, «très, très peu» ou «pas» de bris de service ont été rapportés à cause d’enseignants absents en raison de la COVID-19, selon le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Il a expliqué recevoir quotidiennement un rapport sur l’état de la situation avec des «coups de sonde» auprès des centres de services scolaires et les écoles privées.

«On me dit que jusqu’à présent il y a très, très peu, vraiment à la marge ou pas de bris de service. C’est donc quand même un beau succès après une semaine de retour en classe», a mentionné M. Roberge, disant conjuguer optimisme et vigilance concernant la reprise des cours en personne.

D’après les informations qu’il avait en main et qui étaient à valider, aucune classe et école n’avait été fermée en date de la semaine dernière.

Le ministre de l’Éducation faisait ces commentaires en marge d’une conférence de presse sur le recrutement et la rétention de personnel scolaire, lundi.

M. Roberge ne pouvait cependant préciser le taux d’absentéisme chez les élèves. Cette donnée pourrait être disponible «très, très bientôt», a-t-il promis.

Le ministre a par ailleurs indiqué que l’appel à des parents pour venir prêter main forte en classe, comme le prévoient les directives de Québec, a eu lieu à certaines occasions.

Ils étaient présents à titre de surveillants de groupe tandis que l’enseignant donnait ses cours de la maison de manière virtuelle.

—–

Cet article a été produit avec le soutien financier des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.