La tempête a perturbé des vols, des autocars et des trains à travers le Québec

MONTRÉAL — La tempête hivernale qui a frappé le Québec vendredi après-midi a laissé des centaines de milliers de Québécois sans électricité, et plusieurs peinent à effectuer leurs déplacements en raison de perturbations des infrastructures de transport.

À l’aéroport international Montréal-Trudeau (YUL), de nombreux déplacements ont été perturbés dans la journée de samedi, soit environ 90 départs et arrivées retardés et plus d’une trentaine de vols annulés, selon le site des Aéroports de Montréal.

À Québec, l’aéroport Jean-Lesage (YQB) indiquait sur son site que plus d’une vingtaine de départs et d’arrivées étaient retardés, et qu’une vingtaine de vols avaient simplement été annulés.

Sur la route, les conditions incertaines ont forcé l’annulation de plusieurs trajets d’autocars, notamment du transporteur interurbain Orléans Express. La compagnie a annoncé sur son site Internet que cinq trajets entre Montréal et Gatineau avaient été annulés samedi entre 15h et 20h.

Des trains de VIA Rail Canada ont aussi été perturbés par les conditions météorologiques, et la société ferroviaire a annoncé sur son site que des «retards importants» étaient à prévoir dans le corridor Québec – Windsor. Une vingtaine de trains ont d’ailleurs été annulés samedi. 

En raison du déraillement d’un train survenu plus tôt aujourd’hui, VIA Rail a indiqué sur son site Web qu’il est forcé «d’annuler tous les trains entre Toronto et Ottawa et Toronto et Montréal pour le 25 décembre.»

La Société des traversiers du Québec (STQ) a signalé dans un communiqué diffusé samedi après-midi que ses installations de la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout avaient été endommagées par la tempête.

Le service à Godbout a ainsi été suspendu, et toutes les traversées prévues vers ou provenant de la municipalité seront redirigées vers Baie-Comeau.

La STQ devra aussi tester ses équipements à Baie-Comeau pour vérifier les impacts de la tempête, mais l’absence d’électricité a retardé ces vérifications.

À Matane, la société n’a constaté aucun dommage aux infrastructures, mais a déclaré que les conditions de navigation restaient «difficiles». 

Les traversées pour Matane–Baie-Comeau–Godbout prévues pour le lundi 26 décembre sont maintenues et le service reprend selon l’horaire affiché, a indiqué en soirée le STQ.

Elle a assuré qu’elle informera la clientèle de tout changement par le biais de son système d’alerte.

Des pannes partout

Lors d’un point de presse à Montréal samedi avant-midi, la présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu, a indiqué que 1200 travailleurs et entrepreneurs étaient sur le terrain pour tenter de rétablir le courant dans les régions touchées.

«On est comme un peu dans un jeu de serpents et échelles. Au fur et à mesure qu’on raccorde des clients qui avaient perdu l’alimentation électrique, il y en a d’autres qui ont des pannes», a-t-elle expliqué.

Mme Brochu a précisé qu’entre le point de presse d’hier et celui d’aujourd’hui, 200 000 personnes avaient retrouvé l’électricité, mais 200 000 autres l’avaient perdue ailleurs.

Elle a appelé la province à s’armer «de beaucoup de patience et de résilience», ajoutant que l’entreprise faisait tout en son pouvoir pour travailler «le plus rapidement possible».

Mme Brochu tiendra un autre point de presse sur la situation dimanche matin. 

Le vice-président exécutif, Éric Filion, a affirmé que l’entreprise avait l’ambition de rétablir le courant en priorité pour les clients étant tombés en panne avant 16h vendredi. 

«On veut rétablir la majorité des clients qui sont en panne depuis le début de l’événement d’ici à dimanche dans la soirée», a-t-il déclaré lors de la conférence.

Samedi après-midi, le premier ministre du Québec, François Legault, a souligné dans un gazouillis le travail des équipes d’Hydro-Québec, qui font «tout ce qu’elles peuvent pour rebrancher le plus de foyers, le plus rapidement». Il a également salué les efforts du ministère de la Sécurité publique et a invité les Québécois à prendre des nouvelles de leurs proches qui vivent seuls.

«Prudence sur les routes aussi, les conditions ne sont pas idéales. Pour ceux qui souhaitent se réchauffer, des lieux sont prêts à vous recevoir dans plusieurs villes et municipalités», pouvait-on lire sur son compte Twitter.

La Ville de Québec ébranlée

Dimanche vers 00h45, Hydro-Québec faisait état de 150 405 foyers, entreprises et autres clients toujours privés de courant. Aucune région du Québec n’était épargnée par ces pannes de courant.

La région la plus durement affectée demeurait la Capitale-Nationale avec 41 147 abonnés d’Hydro-Québec toujours privés d’électricité.

Le maire de Québec, Bruno Marchand, a dressé un bilan préliminaire de la situation lors d’un point de presse samedi midi, soulignant que la Ville de Québec avait connu une journée de tempête qui resterait «dans les archives».

«Ç’a été la journée où on a reçu le plus d’appels au 911, et le plus d’appels au 311. On a enregistré des vents de 120 km/h […], des vents qui sont évidemment destructeurs», a-t-il énuméré.

Selon le directeur du Service de protection contre les incendies, Christian Paradis, plus de 1100 appels ont été faits au 311 au courant de la journée de vendredi.

«En une journée, on a eu le ratio d’appels qu’on a généralement en un mois, a-t-il déclaré. […] Le service du 911 a reçu trois fois plus d’appels : ils ont dû en traiter 3100 hier, contrairement à une moyenne de 1000».

La Ville de Québec a également connu les plus hautes marées jamais enregistrées, qui ont d’ailleurs causé des débordements sur la rue Dalhousie et dans le quartier Champlain.

Le nombre de pannes de courant a atteint les 100 000 foyers, ce qui a plongé certains résidents dans une «grande insécurité», a souligné M. Marchand. Il a cependant ajouté que les équipes de crise déployées sur le terrain avaient fait «un travail colossal» pour servir les citoyens.

Certains centres communautaires sont même restés ouverts pour accueillir des familles qui n’avaient pas d’électricité, leur permettant ainsi de se réchauffer.

«Il reste beaucoup de travail à faire pour retrouver la normalité. […] L’opération déneigement va se poursuivre beaucoup plus tardivement que d’habitude pour permettre aux gens de fêter ce soir et de recevoir leur famille», a ajouté le maire.

Les autres régions les plus touchées sont le Saguenay–Lac-Saint-Jean (23 062 clients), la Côte-Nord (17 818 clients), la Montérégie (10 194 clients) et les Laurentides (11 357 clients).

À cela s’ajoutent la Mauricie (12 486 clients) et le Bas-Saint-Laurent (11 430 clients) où la tempête a sévi au courant de la nuit.

Des routes fermées

Les routes 113 et 117 qui relient l’Abitibi au Saguenay–Lac-Saint-Jean ont été réouvertes après une fermeture vendredi après-midi, mais la visibilité reste réduite. Il en est de même pour la 175 et la 169, dans la réserve faunique des Laurentides, qui sont maintenant praticables. 

Samedi soir, aucune mise à jour n’était disponible par rapport à la fermeture de la route 381, dans les Laurentides, entre Ferland-et-Boilleau et Saint-Urbain qui était prévu pour une durée indéterminée. 

Transports Québec souligne que les usagers qui font le voyage entre Québec et Saguenay en véhicule électrique n’auront pas accès à des bornes de recharge pour une durée indéterminée dans la réserve faunique des Laurentides à l’Étape.

Il conseille de télécharger l’application Québec 511 pour demeurer au fait des événements en cours sur le réseau routier.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.