Rivière des Outaouais: début du retrait de l’hélicoptère abîmé le 20 juin dernier

OTTAWA — Les Forces armées canadiennes ont annoncé mardi qu’elles entamaient les opérations visant à extraire l’épave de l’hélicoptère C-H-147-F Chinook qui est tombé dans la rivière des Outaouais, le mois dernier, près de Petawawa, en Ontario, et de l’Isle-aux-Allumettes, au Québec.

Deux membres de l’Aviation royale canadienne sont morts lorsque l’hélicoptère s’est écrasé le 20 juin pendant un exercice d’entraînement nocturne qualifié de routinier.

Il s’agit du capitaine Marc Larouche, originaire d’Amos, en Abitibi-Témiscamingue, qui était âgé de 53 ans, et du capitaine David Domagala, âgé de 32 ans, de Woodstock, en Ontario. Ils faisaient tous deux partie du 450e Escadron.

Deux autres membres d’équipage ont survécu à l’accident et ont été traités à l’hôpital pour des blessures mineures.

Les Forces armées ont précisé mardi qu’elles prévoyaient remonter l’hélicoptère à la surface de l’eau à l’aide d’une grue avec le soutien de plusieurs barges.

Elles ont ajouté que les résidents de la région située à environ 160 kilomètres au nord-ouest d’Ottawa pouvaient s’attendre à voir une activité marine et côtière accrue au cours des prochains jours.

La cause de l’accident restait inconnue, mercredi. L’année dernière, l’armée de l’air américaine a temporairement immobilisé sa flotte de Chinooks après que des fuites de carburant aient provoqué plusieurs incendies de moteur.

Les hélicoptères Chinook sont destinés au transport de personnel et de matériel et ont été utilisés lors de catastrophes naturelles et de situations d’urgence partout au Canada. La version canadienne du CH-147F a été modifiée spécifiquement pour les vols long-courriers et dispose d’une plus grande capacité de carburant.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.