Romeo Saganash rappelé à l’ordre pour avoir lancé un juron aux Communes

OTTAWA — Le député fédéral Romeo Saganash a présenté ses excuses à la Chambre des communes pour avoir employé un juron en dénonçant l’attitude du gouvernement face aux droits des peuples autochtones.

Au cours de la période de questions, mardi, le porte-parole néo-démocrate en matière de réconciliation a accusé Ottawa de «délibérément» contrevenir à ses obligations et devoirs constitutionnels dans le dossier du controversé projet d’oléoduc Trans Mountain.

«Pourquoi le premier ministre ne dit-il pas la vérité et ne dit-il pas aux peuples autochtones qu’il n’en a rien à foutre de leurs droits?», a lancé M. Saganash en anglais, provoquant immédiatement des murmures de protestation.

Le président de la Chambre, Geoff Regan, s’est levé et a demandé au politicien cri de présenter ses excuses pour ces «propos non parlementaires».

Ce dernier a obtempéré, tout en expliquant sa frustration.

«Monsieur le président, c’est tellement insultant ce qui se passe présentement, ça me met hors de moi, a-t-il fait valoir. Je m’en excuse, je retire le mot. Vraiment désolé.»

Les libéraux de Justin Trudeau se démènent pour trouver une solution à l’annulation par la Cour d’appel fédérale du décret autorisant le projet Trans Mountain. Le tribunal avait évoqué une consultation insuffisante des communautés autochtones et une incapacité à évaluer l’impact environnemental de la circulation accrue de pétroliers au large des côtes de la Colombie-Britannique.

La semaine dernière, le ministre des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi, a sommé l’Office national de l’énergie de procéder à l’examen du trafic de pétroliers. Il attend la recommandation de l’ONE à cet effet d’ici la fin du mois de février.

Le gouvernement de Justin Trudeau n’a toutefois pas encore annoncé comment il compte reprendre le dialogue avec les Premières Nations.