Royalmount: François Bonnardel ne veut pas voir la congestion s’aggraver

MONTRÉAL — Le ministre des Transports, François Bonnardel, reconnaît que son ministère n’aura d’autre choix que de s’inviter dans la conversation s’il constate que le projet Royalmount risque d’aggraver la congestion, alors qu’il se lance dans une démarche pour la réduire et qu’il suscite trop d’opposition.

Plus tôt cette semaine, sa collègue déléguée aux Transports et responsable de la métropole, Chantal Rouleau, affirmait dans une entrevue à Radio-Canada qu’elle n’avait pas à intervenir dans le dossier du méga-projet de 2 milliards $ pour un complexe immobilier situé à la jonction des autoroutes 15 et 40 à Montréal.

François Bonnardel était à Montréal, vendredi matin, pour faire part de ses démarches à venir en matière de mobilité durable, dont l’un des objectifs est de réduire la congestion. Or, toutes les projections font état d’un accroissement majeur du nombre de véhicules advenant la réalisation du projet, et ce, dans l’un des secteurs déjà parmi les plus congestionnés de la province.

«Je veux réduire le temps dans l’auto. Si les intervenants municipaux se disent, les instances se disent, on n’en veut pas (…) nous au ministère des Transports on est prêts à travailler avec les promoteurs. On est prêts à travailler avec la Ville pour être capables de trouver des pistes qui vont amener les gens à se dire: si je (passe par) ce secteur de la ville, je ne passerai pas 30 minutes de plus dans mon auto», a déclaré le ministre en marge de sa conférence de presse.

François Bonnardel n’a pas voulu se mouiller sur une éventuelle «intervention» de son gouvernement, mais il a admis qu’il pourra difficilement demeurer sur les lignes de côté si le dossier dérape.

«Ils auront besoin de nous. C’est indéniable. Je ne suis pas fou. S’il y a  un projet de 2 milliards $ qui amène x nombre de véhicules, x nombre de gens dans le secteur et que déjà, dans ce secteur, les gens perdent un temps fou pour se rendre au travail, le ministère des Transports devra travailler conjointement.»

Presque au même moment, la mairesse Valérie Plante soulevait de son côté l’absence d’acceptabilité sociale du projet, sur lequel elle n’a toutefois pas juridiction directe puisqu’il se situe sur le territoire de Ville Mont-Royal.

Mme Plante a demandé au promoteur, Carbonleo, et au maire de Ville Mont-Royal, Philippe Roy, de la rencontrer pour discuter plus avant du projet.

La mairesse s’est rangée du côté de la Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation qui, jeudi, recommandait de suspendre le projet, le temps de le revoir.

Outre la congestion, Mme Plante s’est aussi inquiétée de l’impact du projet sur le tissu urbain, faisant référence d’un côté à l’arrivée de centaines de commerces d’un seul coup: «Il va falloir évaluer comment on ne vient pas cannibaliser tout autour».

Bien qu’elle se soit réjouie de voir un volet habitation s’ajouter au projet, elle s’est aussi interrogée sur l’intégration de ces éventuels nouveaux citoyens, par exemple dans le réseau scolaire.

Le promoteur, lui, maintient son intention d’aller de l’avant et se trouve parfaitement dans son droit puisqu’il est soutenu par les autorités municipales de Mont-Royal, pour qui le projet se traduira par des entrées fiscales importantes.

Dans les minutes suivant la sortie de Valérie Plante, Carbonleo a accepté d’emblée l’invitation de celle-ci à s’asseoir pour discuter d’avenues potentielles d’entente.

Cependant, le promoteur maintient sa position émise à la suite de la recommandation de la Commission municipale de suspendre le projet, à l’effet «qu’un temps d’arrêt de l’ensemble du projet n’est pas nécessaire alors qu’il respecte toutes les lois, tous les règlements et la planification en vigueur».

Les commentaires sont fermés.

L’avènement de ce Royalmount serait aussi sensé que l’eût été l’érection du nouveau CHUM à Outremont.

Au pays de la mairesse de la fluide mobilité, se retrouverait-on donc sous peu ralentis, freinés, voire parfois paralysés, sur la route d’une progrégression, faute de ‘brakes’ assez clairs, assez forts, assez longs, suffisamment larges ou trop tardifs émanant d’hauts lieux?