La Corée du Nord prête à dénucléariser, sous certaines conditions, dit Poutine

VLADIVOSTOK, Russie — Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avait confirmé, lors d’un entretien, jeudi, qu’il était disposé à renoncer à ses armes nucléaires — mais seulement s’il obtenait au préalable une garantie de sécurité absolue.

Le président russe a souligné que Moscou et Washington souhaitaient tous deux que la Corée du Nord abandonne ses armes nucléaires. Mais il a ajouté que les garanties de sécurité devraient être souscrites par plusieurs pays, faisant allusion à un arrangement tel que les pourparlers à six auxquels la Russie a participé jusqu’à leur effondrement en 2009.

M. Poutine a ajouté que M. Kim l’avait encouragé à expliquer au président Donald Trump les nuances de la position de Pyongyang. Il a dit qu’il était prêt à partager les détails du sommet avec le président américain.

«J’en parlerai demain avec les dirigeants chinois», a déclaré M. Poutine, qui devait se rendre à Pékin pour une visite de deux jours après sa rencontre avec M. Kim. «Et nous discuterons tout aussi ouvertement de cette question avec l’administration américaine. Il n’y a pas de secrets. La position de la Russie a toujours été transparente. Il n’y a pas de complot d’aucune sorte.»

Les remarques de M. Poutine à l’issue du sommet d’une journée qui a eu lieu tout près de la ville portuaire de Vladivostok reflètent la frustration croissante de M. Kim face aux efforts de Washington pour maintenir une «pression maximale», jusqu’à ce que la Corée du Nord s’engage pour la dénucléarisation.

Mais les commentaires de M. Poutine suggèrent également qu’il n’y a pas eu de changement majeur dans la position de base de la Corée du Nord.

La Corée du Nord a toujours affirmé qu’elle avait besoin de son arsenal nucléaire pour se défendre contre ce qu’elle considérait comme de l’hostilité de la part des États-Unis et souhaite obtenir des engagements concrets quant à sa sécurité, y compris l’élimination de la menace nucléaire américaine en tant que partie intégrante de la dénucléarisation de l’ensemble de la péninsule coréenne.

M. Kim est arrivé mercredi à Vladivostok à bord de son train privé et a offert son premier entretien avec un média étranger.

Il a déclaré à la télévision russe qu’il espérait que sa première visite en Russie serait «fructueuse et utile». Il a évoqué le «grand amour» de son père pour la Russie et a déclaré qu’il avait l’intention de renforcer les liens entre les deux pays. Feu Kim Jong Il a effectué trois voyages en Russie, le dernier en 2011.

Dmitri Trenin, directeur du Carnegie Moscow Centre, a déclaré avant les négociations de jeudi que M. Poutine essaierait d’encourager M. Kim à poursuivre les pourparlers constructifs avec les États-Unis. Mais Moscou doute que la Corée du Nord puisse être persuadée d’abandonner complètement ses armes nucléaires, estimant qu’il s’agit là d’une «mission impossible».

Kim Jong-un devait retourner à Pyongyang vendredi.

Les plus populaires