S’agenouiller sur le cou de George Floyd: «totalement inutile», dit un haut gradé

MINNEAPOLIS — S’agenouiller sur le cou de George Floyd alors qu’il était menotté et allongé sur le ventre était un usage de la force mortel et «totalement inutile», a déclaré vendredi le chef de la division des homicides de la police de Minneapolis.

«Si votre genou est sur le cou d’une personne, cela peut la tuer», a déclaré le lieutenant Richard Zimmerman, ajoutant que lorsqu’une personne est menottée derrière le dos, «vos muscles tirent en arrière (…) et si vous êtes allongé sur la poitrine, cela restreint encore plus votre respiration».

Le lieutenant Zimmerman a également témoigné lors du procès pour meurtre de Derek Chauvin qu’une fois que George Floyd avait été menotté, il ne voyait «aucune raison pour laquelle les policiers se sentaient en danger — si c’est ce qu’ils ressentaient — et c’est ce qu’ils devraient ressentir pour pouvoir utiliser ce genre de force.»

«Donc, à votre avis, cette contrainte aurait-elle dû cesser une fois qu’il a été menotté et mis au sol?», a demandé le procureur Matthew Frank.

«Absolument», a répondu le lieutenant Zimmerman, qui a déclaré qu’il n’avait jamais été formé à s’agenouiller sur le cou de quelqu’un.

Il a également témoigné que les policiers ont le devoir de prodiguer des soins à une personne en détresse, même si une ambulance a déjà été appelée.

Les agents ont continué à retenir George Floyd — avec l’agent Chauvin agenouillé sur le cou, un autre agenouillé sur le dos de Floyd et un troisième tenant ses pieds — jusqu’à l’arrivée de l’ambulance, même après qu’il ne réagissait plus.

Un policier a demandé à deux reprises s’ils devaient rouler George Floyd sur le côté pour l’aider à respirer, et a dit plus tard calmement qu’il pensait que George Floyd s’évanouissait. Un autre a tenté de prendre le pouls de George Floyd et a déclaré qu’il n’en avait pas.

En contre-interrogatoire, l’avocat de Derek Chauvin, Eric Nelson, a posé au lieutenant Zimmerman des questions sur le recours à la force, soulignant que les policiers doivent tenir compte de la situation dans son ensemble — y compris ce qui se passe avec un suspect, si le suspect est intoxiqué et d’autres dangers environnants, tels que la présence d’une foule.

La défense a fait valoir que Derek Chauvin avait fait ce pour quoi il avait été formé lorsqu’il avait rencontré George Floyd en mai dernier et que la mort de ce dernier avait été causée non pas par la pression du genou sur son cou — comme le prétendent les procureurs — mais par la drogue, ses problèmes de santé sous-jacents et l’adrénaline. Une autopsie a révélé du fentanyl et de la méthamphétamine dans son organisme.

La voix de Derek Chauvin a également été captée par des caméras corporelles. On l’entend défendre sa décision auprès d’un citoyen après que George Floyd eut été emmené par des ambulanciers, en disant: «Nous devons contrôler ce gars parce qu’il est de taille. Et il semble qu’il a probablement consommé quelque chose.»

Derek Chauvin, âgé de 45 ans et blanc, est accusé d’avoir tué George Floyd en posant son genou sur le cou de l’homme noir âgé de 46 ans pendant 9 minutes 29 secondes, alors qu’il était couché face contre terre, menottes aux poignets. George Floyd avait été accusé d’avoir utilisé un faux billet de 20 $ dans un commerce.

Le lieutenant Zimmerman a convenu avec l’avocat de Derek Chauvin qu’une personne menottée peut toujours constituer une menace et continuer à se débattre.

Et il a indiqué être d’accord lorsque l’avocat de Derek Chauvin a demandé si les policiers qui croient qu’ils se battent pour leur vie pouvaient utiliser «toute force raisonnable et nécessaire», y compris en improvisant.

«Avez-vous constaté le besoin pour l’agent Chauvin d’improviser en posant son genou sur M. Floyd pendant 9 minutes et 29 secondes?», a demandé le procureur plus tard au lieutenant Zimmerman.

«Non», a répondu le lieutenant, qui a déclaré que sur la base de son examen des images de la caméra corporelle de la police, les policiers ne semblaient pas en danger en raison de George Floyd ou de la quinzaine de spectateurs.

La mort de George Floyd a déclenché d’importantes manifestations aux États-Unis et une introspection généralisée au sujet du racisme et de la brutalité policière. Derek Chauvin, qui a été licencié, est accusé de meurtre et d’homicide involontaire. L’accusation la plus grave portée contre lui est passible de 40 ans de prison.

– Par Steve Karnowski, Amy Forliti et Tammy Webber, The Associated Press

Laisser un commentaire