Salman Rushdie a survécu, mais a perdu l’usage d’un œil et d’une main

NEW YORK — L’agent de Salman Rushdie a annoncé que l’auteur a perdu la vue d’un œil et l’usage d’une main, après avoir été attaqué par un homme s’étant précipité sur scène lors d’un événement littéraire en août dans l’ouest de New York.

L’agent littéraire Andrew Wylie a déclaré au journal de langue espagnole El Pais dans un article publié samedi que M. Rushdie avait subi trois blessures graves au cou et 15 autres blessures à la poitrine et au torse lors de l’attaque.

M. Rushdie, 75 ans, a passé des années à se cacher après que l’ayatollah iranien Ruhollâh Khomeiny a publié un édit ― ou fatwa ― en 1989, appelant à sa mort, après la publication de son roman «Les Versets sataniques», que certains musulmans considèrent comme blasphématoire. 

Hadi Matar, 24 ans, du New Jersey, a été incarcéré après avoir plaidé non coupable de tentative de meurtre et d’agression lors de l’attaque du 12 août.

Après l’attaque, M. Rushdie a été soigné dans un hôpital de Pennsylvanie, où il a été brièvement mis sous ventilateur pour se remettre de ce que M. Wylie a décrit à El Pais comme une «attaque brutale» qui lui a coupé les nerfs d’un bras.

M. Wylie n’a pas souhaité dire si M. Rushdie était resté à l’hôpital ou discuter de ses allées et venues.

«Il va vivre (…) C’est la chose importante», a-t-il souligné.

L’attaque correspondait à ce que M. Rushie et son agent considéraient être le «principal danger (…) une personne inconnue sortant de nulle part», a indiqué M. Wylie à El Pais. «Donc, vous ne pouvez pas vous protéger contre cela parce que c’est totalement inattendu et illogique.»

M. Wylie a déclaré au journal que c’était comme le meurtre du membre des Beatles John Lennon, abattu par Mark David Chapman devant son immeuble de Manhattan le 8 décembre 1980.

Lors d’une entrevue en prison avec le New York Post, M. Matar a déclaré qu’il n’aimait pas M. Rushdie et a fait l’éloge de l’ayatollah Khomeini. L’Iran a nié toute implication dans l’attaque.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.