Sanders définira son «socialisme démocratique» dans un discours

WASHINGTON — Le sénateur du Vermont Bernie Sanders, cherchant à réfuter les tentatives du président Donald Trump de présenter les démocrates comme étant trop progressistes, prononcera un discours mercredi dans lequel il parlera de «socialisme démocratique», une philosophie politique qui a guidé sa carrière politique. 

Bernie Sanders avait dû aborder cette question pendant la campagne à la présidence de 2016, lorsqu’il avait fait face à des questions sur cette appellation. Alors qu’il mène sa deuxième campagne à la présidence cette fois-ci, il se fait une fois de plus critiquer quant à cette idéologie. Dans son discours, il tentera de recentrer le débat autour de sa propre définition du socialisme démocratique.

M. Sanders doit toutefois faire cette mise au point dans un contexte bien différent; il n’est plus le candidat marginal qui se mesure contre une candidate de l’establishment comme il l’était lorsqu’il s’est mesuré à Hillary Clinton en 2016. Il fait partie de la vingtaine de candidats à l’investiture démocrate, dont plusieurs sont très progressistes, et il doit maintenant affronter le président Donald Trump.

«Nous avons maintenant un président qui m’attaque, moi, et d’autres personnes parce que nous croyons au socialisme démocratique», a confié M. Sanders en entrevue avec l’Associated Press dans laquelle il a donné les grandes lignes de son discours.

«C’est un président qui croit au socialisme, mais la différence est qu’il croit au socialisme pour les grandes entreprises et les riches, pas pour les travailleurs.»

Le discours qu’il livrera mercredi servira donc à fournir sa propre définition du socialisme démocratique.

Ces explications seront importantes pour convaincre les électeurs qu’un socialiste démocratique peut remporter l’élection présidentielle de 2020. Avec ce message populiste, il croit pouvoir reconquérir les électeurs de la classe ouvrière du Midwest qui ont voté pour Donald Trump en 2016.

M. Sanders souligne que plusieurs de ses adversaires démocrates appuient maintenant des mesures dont il a toujours fait la promotion, dont le système de santé universel, qui était décrit comme trop coûteux ou trop progressiste lors des dernières élections.

Mais des candidats démocrates se sont déjà distanciés du socialisme démocratique.

L’ancien vice-président Joe Biden a ridiculisé l’idée que les politiciens doivent être socialistes pour prouver qu’ils sont progressistes. D’autres candidats progressistes, dont les sénatrices Elizabeth Warren et Kamala Harris, ont tenu à préciser qu’ils demeuraient capitalistes.

Donald Trump et ses alliés ont néanmoins critiqué M. Sanders et le reste des candidats démocrates, et ont mis en garde la population contre le socialisme rampant.

Dans son discours sur l’état de l’Union, M. Trump avait déclaré que les États-Unis «ne seraient jamais un pays socialiste». Et lors d’un passage en Louisiane, le président a décrit Bernie Sanders comme étant un «fou», qui n’a pas «une bonne énergie».