Santé: l’APTS veut une bonification pour tous ses membres, pas seulement certains

MONTRÉAL — Alors que Québec veut présenter des offres différenciées pour certains titres d’emploi où le recrutement est plus difficile, l’APTS vient de déposer ses demandes en vue d’améliorer les conditions de travail de l’ensemble de ses membres dans les établissements de santé, les centres jeunesse et autres.

La pénurie de main-d’oeuvre ne touche pas seulement les infirmières, a souligné jeudi Josée Fréchette, première vice-présidente de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

«Si le gouvernement veut améliorer les services en santé et services sociaux et freiner l’exode de ses travailleurs et travailleuses du réseau, il faut améliorer la qualité de vie au travail. Et ça, c’est vrai pour l’ensemble des gens», a plaidé Mme Fréchette en entrevue.

Et si Québec persiste à vouloir privilégier certains titres d’emploi, comme il a fait pour les préposés aux bénéficiaires, lors de la dernière négociation? «Il faut reconnaître tout le monde», réplique Mme Fréchette.

L’APTS représente notamment des psychologues, des travailleurs sociaux dans les centres jeunesse, où le fardeau de tâche est important et le recrutement difficile.

Les demandes

L’Alliance revendique par exemple de devancer l’accès à une cinquième semaine de vacances. «Les gens, quand ils commencent, ont quatre semaines, mais ça prend 25 ans pour voir une cinquième semaine de vacances», a illustré Mme Fréchette, ajoutant que ses membres ont besoin «d’air et de repos».

Elle revendique aussi une bonification des primes de soir, de nuit et de fin de semaine.

D’autres demandes ont trait à la formation pour développer l’expertise du salarié et au remboursement de l’adhésion à un ordre professionnel lorsque les membres doivent en faire partie. 

L’APTS veut aussi que certains montants soient revus à la hausse pour tenir compte de l’inflation, comme l’indemnité pour les repas qui doivent être pris à l’extérieur.

L’organisation syndicale représente 65 000 membres qui occupent 108 titres d’emploi en réadaptation, en diagnostic, en intervention psychosociale, en prévention, en nutrition.

L’APTS fait partie du front commun, avec la CSQ, la CSN et la FTQ. Celui-ci a déposé la semaine dernière ses demandes «communes», soit celles portant sur les salaires et la retraite, par exemple.

Au plan salarial, le front commun réclame l’Indice des prix à la consommation (IPC) plus 2 % ou bien 100 $ par semaine pour la première année, l’IPC plus 3 % pour la deuxième année et l’IPC plus 4 % pour la troisième année des conventions collectives.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.