SAQ: Legault toujours prêt à casser le monopole, accuse Couillard de le «copier»

GATINEAU, Qc — Le chef caquiste François Legault envisage toujours d’injecter davantage de concurrence dans le commerce des boissons alcoolisées, alors qu’un rapport publié sur l’avenir du modèle de la Société des alcools du Québec (SAQ) prévient que cela ne ferait pas sans risque.

En mêlée de presse à Gatineau, dimanche, il a indiqué qu’il comptait «regarder» les différentes recommandations contenues dans le document, tout en réaffirmant son parti pris pour un modèle permettant «à certains importateurs de vendre des produits spécifiques».

Le dirigeant de la Coalition avenir du Québec (CAQ) a insisté sur le fait qu’il n’était «pas question de privatiser la SAQ» et affirmé qu’il pourrait être convaincu de maintenir le statu quo.

Il a raillé son adversaire libéral Philippe Couillard, qui a lui aussi dit vouloir libéraliser davantage ce commerce. Selon François Legault, le premier ministre sortant a «encore copié l’idée de la CAQ».

Intitulé «Évolution du modèle d’affaires de la SAQ», le rapport de la firme PricewaterhouseCoopers rendu public vendredi après-midi avait été commandé par le gouvernement Couillard afin de brosser un tableau des répercussions d’une privatisation de la société d’État.

Ce document de 98 pages relève que «tous les scénarios de privatisation et d’augmentation de la concurrence» présentent une «proposition significative d’impacts négatifs lorsqu’ils sont comparés au statu quo».

Des trois degrés de privatisation analysés, le rapport a conclu qu’aucun scénario n’était favorable à l’heure actuelle. Le rapport conclut donc que «la prudence est donc de mise avant de procéder avec des changements importants dans le modèle d’affaires de la SAQ».

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie