Sarah Sanders, ex-porte-parole de Trump, pourrait devenir gouverneure de l’Arkansas

LITTLE ROCK, Ark. — Sarah Sanders pourrait passer d’ex-porte-parole de Donald Trump à gouverneure de l’Arkansas, mardi, alors qu’elle brigue le poste que son père a déjà occupé de 1996 à 2007. Elle pourrait aussi devenir la première femme gouverneure de cet État du sud des États-Unis.

L’ancienne porte-parole de la Maison-Blanche est fortement favorisée dans la course au poste de gouverneur dans son État d’origine, où Donald  Trump reste très populaire parmi les conservateurs.

Le candidat démocrate, Chris Jones, ministre baptiste et ingénieur nucléaire, traîne derrière elle par une vingtaine de points dans les sondages ces deux derniers mois. Mme Sanders a aussi battu des records de collecte de fonds dans l’État depuis qu’elle a lancé sa campagne l’année dernière. Le libertarien Ricky Dale Harrington est également en lice dans cette course.

M. Jones ou M. Harrington entreraient également dans l’histoire si l’un ou l’autre remportait la victoire mardi, en devenant alors le premier Afro-Américain de l’Arkansas à être élu à un poste à l’échelle de l’État ou au Congrès.

Si elle gagne, Mme Sanders deviendra le plus haut responsable de Donald Trump dans des fonctions électives, à un moment où l’influence de l’ex-président sur le «GOP» est tangible dans plusieurs courses de haut niveau à travers tout le pays.

Une candidate «nationale»

Adoptant une posture «nationale», Mme Sanders promet d’utiliser les plus hautes fonctions de l’État pour combattre le président Joe Biden et la «gauche radicale». Elle a soigneusement évité d’accorder des entrevues à des journalistes locaux pendant sa campagne, mais elle a fait de fréquentes apparitions sur Fox News.

Elle a promis de continuer à réduire les impôts sur le revenu de l’État, après une série de réductions adoptées par le gouverneur sortant et les législateurs républicains ces dernières années. Mais elle n’a pas détaillé d’échéancier ni comment elle compenserait la perte de recettes fiscales pour le gouvernement de l’État.

Donald Trump avait publiquement encouragé Mme Sanders à se présenter au poste de gouverneure lorsqu’elle a quitté la Maison-Blanche en 2019 pour retourner dans son État natal.

Pendant le mandat de près de deux ans de Mme Sanders à la Maison-Blanche, elle a réduit la durée de ses conférences de presse télévisées quotidiennes, après avoir souvent croisé le fer de façon serrée avec des journalistes. 

Mme Sanders a aussi été confrontée à des questions sur sa crédibilité, en particulier lorsque le rapport de l’avocat spécial Robert Mueller a révélé qu’elle avait admis avoir fait une affirmation infondée aux journalistes au sujet de la réaction des agents du FBI au licenciement du directeur James Comey. Mais elle a également gagné le respect de journalistes, travaillant dans les coulisses pour développer des relations avec les médias.

Mme Sanders était une figure connue de l’Arkansas bien avant de travailler pour M. Trump. Elle était apparue dans des publicités pour son père, l’ancien gouverneur Mike Huckabee – deux fois candidat à la présidence et commentateur politique prisé – et elle avait travaillé sur ses campagnes. Elle a aussi dirigé la campagne du sénateur John Boozman en 2010 et a été conseillère du sénateur Tom Cotton en 2014.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.