Saskatchewan: débat sur le remboursement des traitements d’avortement

REGINA — Un ministre du gouvernement de la Saskatchewan qui a récemment participé à un ralliement anti-avortement a promis aux gens présents qu’il porterait leur message au conseil des 18 ministres.

Greg Ottenbreit, qui est ministre responsable de la Santé dans les milieux ruraux et éloignés, est un opposant avoué à l’avortement. La Saskatchewan est présentement l’une des seules provinces au Canada où les coûts de la pilule abortive Mifegymiso, qui s’élèvent à des centaines de dollars, ne sont pas remboursés par l’État.

La critique du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan en matière de Santé, Vicki Mowat, reconnaît au ministre Ottenbreit le droit d’avoir des convictions personnelles, mais elle croit qu’en tant que responsable de la santé, il doit s’assurer que les femmes des régions rurales et éloignées puissent profiter des traitements reproductifs auxquels elles ont droit.

La députée Mowat accuse le gouvernement de la Saskatchewan de se traîner volontairement les pieds dans le dossier de la couverture universelle du Mifegymiso.

Pour sa part, le ministre de la Santé, Jim Reiter, affirme qu’il existe des moyens pour les femmes à faibles revenus de se faire rembourser les médicaments prescrits. Quant au premier ministre Scott Moe, il a rappelé à l’Assemblée législative que l’avortement était permis par la loi et que cette position était appuyée par les membres de son gouvernement.