Justin Trudeau lance des pointes vers le bilan environnemental de la Saskatchewan

SASKATOON — Justin Trudeau a lancé une pointe lundi sur le bilan en matière de projets d’énergie propre du gouvernement de la Saskatchewan, alors que le premier ministre Scott Moe avait exprimé sa déception de ne pas avoir été informé de la visite de son homologue fédéral dans une usine de traitement de métaux des terres rares à Saskatoon.

«Il y a du travail à faire pour encourager le gouvernement de la Saskatchewan à voir les opportunités que les entreprises, et en fait, les travailleurs, voient dans (…) des emplois plus propres, dans les opportunités de projets énergétiques plus propres, a soutenu M. Trudeau, lundi, après une visite des installations de Vital Metals, à Saskatoon. Ce sont des choses sur lesquelles nous allons continuer à travailler.»

Dans un communiqué publié lundi, le premier ministre Moe a expliqué que son gouvernement du Parti de la Saskatchewan n’était pas au courant de la visite du premier ministre Trudeau dans cette province. Le maire de Saskatoon, Charlie Clark, était présent lors de cette visite, mais pas le premier ministre provincial. 

M. Moe plaide que la Saskatchewan est un chef de file mondial dans le domaine des minéraux critiques et des métaux de terres rares. «C’est décevant parce qu’il s’agit d’un secteur pour lequel les gouvernements provincial et fédéral sont parfaitement alignés», a-t-il déclaré.

Le premier ministre Moe a souvent critiqué l’approche du gouvernement libéral en matière environnementale, au nom du secteur des ressources de cette province. Il avait publié l’année dernière un document d’orientation soulignant le plan de son gouvernement visant à revendiquer plus d’autonomie.

Son gouvernement a déposé un projet de loi qui affirmerait la compétence provinciale sur les ressources naturelles. Le projet de loi a franchi l’étape de la deuxième lecture en novembre.

La cheffe de l’opposition néo-démocrate de la Saskatchewan, Carla Beck, a estimé lundi que la critique du premier ministre Moe concernant la visite de M. Trudeau était une occasion manquée de mettre en valeur le potentiel de la province dans ce secteur des métaux des terres rares.

«Partout où je vais, les gens me disent qu’ils en ont assez des politiciens — de tous les ordres — qui alimentent la division pour marquer des points politiques, au lieu de travailler ensemble pour obtenir de vrais résultats pour les personnes qu’ils représentent», a déclaré Mme Beck dans un communiqué.

Questionné sur la déclaration du premier ministre Moe, M. Trudeau a affirmé qu’il y avait eu de nombreuses occasions de faire des annonces avec son homologue au fil des ans. Il a ajouté que le gouvernement de la Saskatchewan demeurait un partenaire important dans de nombreux dossiers différents.

La Chine, «partenaire quelque peu difficile»

Les deux premiers ministres s’entendent par ailleurs pour dire que le Canada et la Saskatchewan jouent un rôle important dans la réponse aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement dans le monde et à l’évolution de la demande pour un accès fiable aux métaux de terres rares et aux minéraux essentiels.

Le lithium, le graphite, le nickel, le cobalt, le cuivre et le groupe de 17 métaux et minéraux appelés «de terres rares» sont prioritaires pour l’exploration, la production et le traitement de minéraux essentiels inscrits dans la stratégie fédérale annoncée le mois dernier. Ces minéraux sont utilisés dans les panneaux solaires, les téléphones et les ordinateurs, ainsi que dans les batteries des véhicules électriques. 

Le Canada n’est pas un producteur commercial d’éléments de terres rares, mais il possède certains des plus grands gisements connus. Une fois pleinement opérationnelle, l’usine de Saskatoon recevra le minerai enrichi de la première mine de terres rares en activité au Canada: la mine Nechalacho, dans les Territoires du Nord-Ouest. 

M. Trudeau a rappelé lundi que les marchés des métaux de terres rares et des minéraux critiques étaient dominés par la Chine, qui est «un partenaire quelque peu difficile, dans le meilleur des cas». La Russie, avec l’invasion de l’Ukraine, n’est plus un fournisseur fiable d’énergie pour l’Europe, a-t-il ajouté. «C’est pourquoi le monde se tourne vers le Canada», selon lui.

La production de ces métaux et minéraux critiques figurait aussi dans l’ordre du jour des discussions tenues la semaine dernière par le premier ministre Trudeau avec les présidents des États-Unis, Joe Biden, et du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, lors de leur sommet à Mexico.

En 2020, la Banque mondiale a prédit que la demande de minéraux critiques augmenterait de 500 % d’ici 2050. Plusieurs de ces minéraux et métaux, comme le lithium et le cuivre, sont utilisés pour fabriquer des batteries et produire de l’énergie propre.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.