Scheer accuse Trudeau d’avoir créé «un chaos sans précédent» au sein de l’armée

OTTAWA — Le chef conservateur, Andrew Scheer, accuse le gouvernement libéral d’avoir créé «un chaos sans précédent» au sein de l’armée canadienne, qui vient de perdre un nouveau commandant en second.

Le lieutenant-général Paul Wynnyk, qui avait remplacé le vice-amiral Mark Norman au poste de chef d’état-major adjoint de la Défense nationale, a présenté sa démission mardi. Il a lié cette décision à une tentative avortée de réintégrer M. Norman dans ses fonctions, lorsque la Couronne a suspendu une accusation d’abus de confiance.

Le lieutenant-général Wynnyk a fait ce lien dans une lettre de démission étonnamment franche envoyée au chef d’état-major de la défense, le général Jonathan Vance, qui a par la suite été divulguée à plusieurs médias.

Le départ de M. Wynnyk, à compter du 9 août, est le dernier coup porté à l’armée canadienne, secouée aux plus hauts rangs depuis la suspension du vice-amiral Norman en janvier 2017.

Dans un communiqué, le chef conservateur, Andrew Scheer, soutient que l’ingérence du gouvernement libéral dans la cause d’abus de confiance de M. Norman avait «détruit la carrière de deux des plus hauts officiers du pays et créé une instabilité et un trouble aux plus hauts niveaux de notre force militaire».

Les libéraux nient les allégations d’ingérence dans la cause de M. Norman, qui était accusé d’avoir divulgué des secrets du cabinet au chantier naval québécois Davie afin de sauver un contrat conclu par le précédent gouvernement conservateur. Cette accusation a finalement été suspendue en mai par la Couronne, à la lumière de nouvelles informations soumises par la défense.

Le vice-amiral Norman, qui avait entre-temps été remplacé dans ses fonctions au sein de l’état-major, a ensuite conclu une entente à l’amiable avec le gouvernement pour partir à la retraite.

«L’ingérence politique de Justin Trudeau crée un chaos sans précédent dans les Forces armées canadiennes, écrit M. Scheer mercredi. Le vice-amiral Mark Norman a donné 38 années de sa vie au service à notre grand pays. Il a servi avec honneur et intégrité, même face à la dégoûtante campagne de diffamation de Trudeau.»

«Maintenant, comme conséquence directe de l’ingérence de Trudeau, nous perdons une fois de plus le commandant en second. Tout comme M. Norman, Paul Wynnyk est un officier accompli et dévoué qui a été happé par l’incompétence et le manque de jugement de Trudeau», soutient le chef conservateur.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire