Scheer n’a aucune confiance en la plateforme libérale dévoilée dimanche

WHITBY, Ont. — Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer a consacré une partie d’un point presse, lundi matin, à critiquer la plateforme libérale dévoilée dimanche, qu’il considère directement copiée de celle de l’ex-première ministre ontarienne Kathleen Wynne.

Au moment où les libéraux tentent de faire des rapprochements entre le Parti conservateur et le gouvernement largement impopulaire de Doug Ford, Andrew Scheer souhaite de son côté associer le nom de Kathleen Wynne, chassée du pouvoir lors des dernières élections ontariennes, à celui de Justin Trudeau.

La plateforme libérale prévoit un déficit de plus de 27 milliards $ pour la première année au pouvoir d’un gouvernement Trudeau.

«Les Canadiens ont vu hier à quel point la vie deviendra plus coûteuse avec un gouvernement dirigé par Justin Trudeau», a soutenu M. Scheer.

«Des impôts plus élevés, des déficits sans fin, de plus grosses factures, moins d’argent dans vos poches… C’est exactement la même plateforme que Kathleen Wynne, mais avec des canots. C’est ce que nous avons vu hier.»

Il a aussi critiqué le fait que les promesses de la plateforme libérale n’aient pas toutes été chiffrées.

«Je ne sais même pas si on peut appeler ça une plateforme», a-t-il ajouté.

Le chef conservateur n’a toutefois pas voulu confirmer à quel moment il dévoilerait à son tour la plateforme de son parti, se contentant de dire que les Canadiens auraient largement le temps de l’étudier et de prendre leur décision avant le jour du vote.

Crédit d’impôt pour personnes handicapées

Andrew Scheer a par ailleurs promis lundi qu’un gouvernement conservateur facilitera l’accès au crédit d’impôt pour personnes handicapées pour des milliers de Canadiens.

Cet engagement arrive deux ans après que des organisations de santé eurent joint leurs forces avec les conservateurs pour accuser le gouvernement libéral d’essayer de renflouer ses coffres sur le dos de diabétiques vulnérables.

Cette accusation faisait suite à une modification à l’Agence de revenu du Canada faisant en sorte que des diabétiques de type 1 se voyaient refuser le crédit d’impôt, alors qu’ils y étaient admissibles jusque-là.

L’Agence de revenu du Canada a par la suite annoncé qu’elle allait réviser les demandes et les traiter selon l’ancien régime.

M. Scheer, qui se trouvait lundi dans la circonscription de Whitby, à l’est de Toronto, a annoncé que les conservateurs réduiraient le nombre d’heures par semaine consacrées à une thérapie de survie requises pour avoir droit au crédit.

Il va aussi élargir la définition de ce qui représente une thérapie de survie. Il prévoit que ces changements permettront à 35 000 Canadiens handicapés additionnels d’accéder au crédit d’impôt.

«Quand un proche a un handicap, une maladie chronique ou une maladie qui réduit son espérance de vie, c’est dur pour toute sa famille, émotivement et financièrement», a-t-il noté.

M. Scheer a fait cette annonce dans la circonscription ayant déjà été représentée par feu Jim Flaherty, qui a déjà été ministre des Finances sous Stephen Harper, et qui a été un défenseur passionné des droits des personnes handicapées.

Visant son adversaire libéral, Andrew Scheer a prévenu que la plateforme déficitaire des libéraux devra éventuellement mener à des coupes.

«Je suis convaincu que les électeurs savent qu’avec les grands déficits et les hausses d’impôts d’un gouvernement libéral, ça menace le système de santé», a-t-il affirmé en ajoutant qu’il n’y aurait rien de «compatissant» quand les libéraux seront contraints de couper des services «à cause de l’intérêt sur la dette».

Depuis le début de la campagne, les conservateurs ont aussi promis de réinstaurer le crédit d’impôt sur le transport en commun ainsi que sur la pratique du sport ou des arts pour les enfants.

Droits de la communauté LGBTQ+

Lors de la période de questions accordée aux médias, le chef conservateur s’est fait demander s’il s’engageait, à l’instar des libéraux, à mettre fin à la période d’interdiction de donner du sang imposée aux hommes qui ont eu des relations sexuelles avec un autre homme.

«Je suis en faveur de traiter les homosexuels de la même façon que les personnes hétérosexuelles. Je suis pour l’égalité», a-t-il d’abord répondu. Mais lorsque relancé sur la question d’éliminer le délai de trois mois d’abstinence, il a ajouté qu’il «est essentiel qu’on écoute les experts médicaux et si c’est une recommandation, c’est important pour le gouvernement de la suivre».

Toujours concernant la communauté LGBTQ+, les libéraux ont promis de rendre illégales les soi-disant thérapies de conversion, qui consiste à faire croire qu’il est possible de changer l’orientation sexuelle de quelqu’un, mais Andrew Scheer n’a pas voulu aller aussi loin.

S’il dit vouloir «présenter des mesures qui va protéger les droits de la communauté canadienne LGBTQ+», il n’a pas voulu franchir le pas et promettre précisément de rendre illégales ces fausses «thérapies».

Les plus populaires