Scheer remercie deux de ses principaux conseillers, dont son chef de cabinet

Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer a remercié deux de ses principaux employés dans la foulée de sa récente défaite électorale.

Dans un courriel transmis samedi matin à différents médias, M. Scheer a indiqué que son chef de cabinet Marc-André Leclerc et son directeur des communications Brock Harrison avaient été relevés de leurs fonctions.

Ils sont respectivement remplacés de façon intérimaire par Martin Bélanger et Simon Jefferies jusqu’à la nomination de successeurs permanents.

M. Scheer n’a pas expliqué les raisons de cette décision, se contentant de l’annoncer. Celle-ci survient au moment où le parti tente toujours de digérer la défaite décevante subie lors du scrutin du 21 octobre.

«Nous avons un travail important à accomplir: demander des comptes à Justin Trudeau et à son gouvernement libéral corrompu. Quand nous y parviendrons, nous pourrons lui succéder au terme du prochain scrutin», peut-on lire dans la lettre.

Les conservateurs ont été incapables de réaliser les percées au Québec et en Ontario qui leur auraient été nécessaires pour l’emporter, même s’ils ont été au coude-à-coude avec leurs adversaires libéraux dans les sondages menés tout au long de la campagne.

Le Parti conservateur a remporté plus de sièges qu’en 2015, mais continuera de former l’opposition officielle dans un parlement minoritaire.

Marc-André Leclerc et Brock Harrison ont publié des déclarations sur les réseaux sociaux pour remercier Andrew Scheer de l’occasion qui leur avait été donnée de jouer un rôle de premier plan sur la scène fédérale.

«Bien entendu, les résultats du 21 octobre ne sont pas ceux que je voulais. Mais, ces résultats ne reflètent pas tous les efforts que notre équipe a mis avant et pendant la campagne», a écrit M. Leclerc, qui a aussi annoncé «[sa] retraite du monde politique fédéral».

De son côté, M. Harrison a dit ne souhaiter que du succès à son successeur. «Je me suis consacré à fond à cette campagne électorale. Et même si je fais partie des changements qui devaient être apportés, je souhaite que vous continueriez en gardant l’objectif ultime en tête.»

L’avenir politique d’Andrew Scheer demeure encore en jeu, à deux semaines de la reprise des travaux parlementaires à la Chambre des communes. Son sort sera décidé à l’occasion d’un congrès en avril 2020.