Secteur public: des souliers devant le parlement pour les négociations qui piétinent

Des syndiqués de la FTQ sont venus livrer des chaussures devant le parlement de Québec, mardi midi, pour dénoncer… les négociations qui piétinent avec le gouvernement.

En même temps, plusieurs dizaines de voitures ont circulé au ralenti autour du parlement. Des convois d’automobiles de syndiqués du secteur public étaient partis de leur région respective, en matinée, pour converger ainsi vers Québec.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), le Syndicat québécois des employés de service (SQEES), l’Union des employés de service (UES-800) et le Syndicat des employés professionnels et de bureau (SEPB), tous affiliés à la FTQ, voulaient ainsi protester contre le fait que les conventions collectives du secteur public sont échues depuis le 31 mars 2020, soit depuis un an.

Et, selon eux, ces négociations font du surplace. Le premier ministre François Legault lui-même avait pourtant proposé une négociation accélérée aux syndicats, en mars 2020, mais celles-ci n’ont guère progressé depuis, selon les syndicats.

Seule la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) est parvenue à conclure une entente, et partielle, sur les conditions de travail de ses membres, mais pas sur les salaires.

La FTQ souligne que ses membres dans le secteur public gagnent en moyenne 39 819 $. Et la proportion de ceux qui n’ont pas de permanence ou qui ne travaillent pas à temps complet est de 42,3 % dans ses rangs.

La présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, doit rencontrer les principaux chefs syndicaux mardi soir, vraisemblablement pour leur présenter de nouvelles offres.

Celles-ci sont présentées alors que quelque 10 000 travailleurs du secteur collégial de la CSQ ont débrayé pour une première journée, mardi. Les membres de la CSQ dans tout le secteur de l’éducation ont voté en faveur d’un mandat de cinq jours de grève, à être exercés au moment opportun.

De même, dans le secteur de la santé et des services sociaux, l’APTS (Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux) a commencé cette semaine à consulter ses membres sur un mandat de grève de 10 jours.

Les offres de Québec sont de 1,75 % d’augmentation pour la première année d’un contrat de trois ans, avec un montant forfaitaire de 1000 $, puis 1,75 % d’augmentation pour la deuxième année avec un montant forfaitaire de 600 $, puis 1,5 % d’augmentation pour la dernière année.

Laisser un commentaire