Secteur public: les ententes de principe franchissent des étapes d’approbation

MONTRÉAL — Le processus d’approbation des ententes de principe conclues dans le secteur public entre le gouvernement du Québec et différents syndicats va bon train.

Ainsi, à la FTQ, qui a conclu une entente portant sur les salaires et les conditions de travail, le 29 mai, les structures des quatre grands syndicats concernés ont «largement entériné» l’entente.

Elle est maintenant soumise à leurs membres et le vote devrait être terminé avant la fin du mois.

Le processus est «très avancé», rapportait-on lundi. Jusqu’ici, chez ceux qui se sont déjà prononcés, l’entente de principe est approuvée par une «très forte majorité».

La FTQ, par ses syndicats affiliés, représente des milliers de préposés aux bénéficiaires, des auxiliaires aux services de santé et sociaux,  des employés de soutien et des professionnels de l’éducation.

Ils sont répartis dans quatre grands syndicats: le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), le Syndicat québécois des employés de service (SQEES), l’Union des employés de service (UES=800) et le Syndicat des employés professionnels et de bureau (SEPB).

L’entente de principe prévoit des augmentations de salaire de 2 % en 2020-2021, puis 2 % en 2021-2022 et 2 % en 2022-2023. De plus, elle inclut la mise en place d’une nouvelle structure salariale avec des augmentations plus importantes pour les plus bas salariés, ainsi qu’une bonification des salaires d’entrée pour d’autres catégories d’emplois.

SPGQ et autres

Par ailleurs, au Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), l’assemblée des délégués vient de donner son accord de principe au projet de règlement qui était intervenu le 7 juin.

Le vote des 21 000 membres de l’unité fonction publique du SPGQ aura lieu du 21 au 28 juin.

Ce syndicat de professionnels à l’emploi du gouvernement représente des comptables, des analystes en procédés informatiques, des biologistes, des arpenteurs-géomètres, par exemple.

Le gouvernement du Québec a également conclu une entente globale avec la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), qui représente 49 000 enseignants du primaire, secondaire et de la formation professionnelle. Ceux-ci ont déjà entériné leur entente de principe dans une proportion de 88 %.

Québec a aussi conclu des  ententes partielles, portant sur les conditions de travail, avec d’autres organisations syndicales.

Mais traditionnellement, lorsqu’une entente globale est conclue par le front commun intersyndical ou par une centrale syndicale, celle-ci pave la voie aux autres. Or, la FTQ a conclu une telle entente globale le 29 mai.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.